Le vent change en Sinastra... serez-vous capable d'y faire face ?
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un mage ... exilé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Auguste Du Lac



Titre :
Race : Homme-dragon
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 41


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
0/0  (0/0)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
0/0  (0/0)
Intelligence / Intuition (Int):
0/0  (0/0)

MessageSujet: Un mage ... exilé   Ven 26 Mai 2017 - 20:11

Après plusieurs années sans aucune attache et où j'ai traversé un océan, un désert et une chaîne de montagne, me voilà au pied d'une magnifique ville Sinastra. Ah ! Quelle jolie ville à la couleur blanche. Ce n'est donc pas pour rien qu'on l'appelle la "Cité Blanche". D'après mon professeur mage, qui a accepté de me suivre jusqu'à une ville portuaire (hé oui ! Je viens d'une lointaine contrée), tous les êtres venant ici sont acceptés quel que soit leur apparences, ses origines, ses croyances, etc.

Juste avant d'atteindre cet endroit, j'ai pris mon temps pour me faire un bain assez rapide d'ailleurs, pour laver également ma robe de mage et j'ai taillé ma barbichette et ma fine moustache avec mon couteau, cadeau de bienvenue chez les mages lorsque j'ai réussi mes épreuves toutes aussi éprouvantes les unes que les autres. Les autres poils de ma barbe ont été rasés purement et simplement. J'ai également profité de ce brin de verdure pour lire mon grimoire d'histoire et de géographie, où il est question de Sinastra, puis j'ai enchaîné avec le grimoire de sortilège. Un mage se doit toujours être prêt à tout ! Y compris à connaître ses sorts, concocter des remèdes et j'en passe.

A peine que ma robe de mage a été séchée par un magnifique soleil, je range mes affaires dans mon sac, lance un sort de protection, car qui dit cité, dit aussi bien honnêtes gens, mais aussi voleurs, brigands, assassins, bref ! Des personnes peu recommandables. J'ajuste ma ceinture (qui est toute simple), mets mon sac en bandoulière et prends mon bâton, lui aussi c'est un cadeau, mais un cadeau magique. Avec lui, je me sens en confiance.

Après quelques heures de marches, j'arrive devant les portes de la ville, j'ajuste ma capuche, regarde les personnes allant ici et là, traverse le pont-levis et m'arrête devant des gardes. J'échange quelques formules de politesse et me détourne d'eux pour dévorer la ville de mes yeux.


- Quelle ville splendide !

Malgré la splendeur de la ville, je note quelques similitudes avec ma cité natale : la configuration des rues certes, mais aussi des parterres de fleurs, des arbres. Les seuls points différences sont les bâtiments eux-mêmes : dans ma cité natale, où je ne pourrai désormais plus remettre les pieds sous peine de mort, les bâtiments ont une couleur ivoire et les toits sont vernissés.

Tout à coup, je sens une présence. Est-elle hostile ou pacifique ? Je regarde autour de moi, mais aveuglé par tant de blancheur, je n'arrive pas à l'apercevoir. Mon instinct de dragon m'indique, toutefois, qu'elle est là quelque part dans la foule.


*Combien d'âmes ont-elles été touchées par tant de magnificence ?*

Je toussote un peu pour dégager ma voix, vérifie que j'ai des dents humaines (parfaitement blanches et alignées), ajuste ma robe tout en serrant mon bâton puis, en souriant, murmure :

- Allez ! Montre-toi, je ne vais pas te manger.

Au fond qu'espérais-je après tant d'années de solitudes ? Je veux simplement un foyer certes, mais je veux être accepté tel que je suis vraiment. Or, est-ce que Sinastra est bel et bien le bon endroit ? Que vais-je trouver ici ? Des êtres pacifiques, comme il a été noté dans mon grimoire ? Ou tout simplement des êtres pétris d'orgueils et de préjugés à la manière de mon idiot de beau-frère ? Tout étant dans ces pensées un peu noire, j'attends patiemment que cette présence se décide de se montrer.

Au bon d'un long moment, cette dernière s'estompe et finit par disparaître. Je suppose que c'est à cause de la présence des gardes, par conséquent je fais quelques pas de plus en direction de la place, puis, harassé de fatigue, tente d'interpeler un inconnu avec un accent neutre, mais également amical. :
- Excusez-moi, mon brave ! Pourriez-vous, s'il vous sied, m'indiquer l'endroit où je pourrais souper et dormir ?

J'espère en effet reprendre quelques forces pour reprendre ma route demain à l'aube.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Thème d'Auguste Du Lac


Dernière édition par Auguste Du Lac le Lun 5 Juin 2017 - 21:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthémise

avatar

Titre : La Danseuse
Race : Vampire
Age : 17

Féminin

Marié(e) à : : -
Rôle : _____
- Agent d'Accueil
Messages : 370

Compétences : ____
*Combat à mains nues (CC) Niv-5
*Coups spéciaux : Crocs (CC) Niv-3
*Maîtrise Lames (CC) Niv-2


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
35/100  (35/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
20/100  (20/100)
Intelligence / Intuition (Int):
28/100  (28/100)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Dim 28 Mai 2017 - 12:39

Encore une fois, Arthémise s'était laissée rattraper par le soleil. Bloquée contre un mur, protégée par l'ombre fragile et précaire du toit au-dessus d'elle, elle pestait, rageuse, contre tout ce qui passait à sa portée, c'est-à-dire à la fois contre le soleil, contre l'ombre trop petite qui l'empêchait de bouger si elle ne voulait se faire brûler, et contre elle-même enfin, qui n'avait pas fait attention à l'aurore pourtant particulièrement éclatante ce matin-là. 
Que s'était-il passé pour qu'elle se retrouve dans cette situation particulièrement idiote et ridicule ? N'ayant rien de mieux à faire, elle se repassa mentalement les événements de la nuit dernière. 

Tout avait commencé la veille au soir. À l'heure où les adultes commencent à rentrer chez eux, laissant les enfants sortir jouer. Arthémise avait croisé un groupe courant dans tous les sens, criant, enthousiastes et ravis, passant d'une flaque à l'autre -il avait plu dans la journée-. L'un des enfants, à force de courir ainsi, avait fini par glisser, et s'était retrouvé à plat ventre dans une flaque, crachotant, boueux et trempé. Émue et amusée, Arthémise s'était approchée, lui tendant la main pour l'aider à se relever. Mais effrayé par ses prunelles écarlates, l'enfant avait crié, et un de ses amis, le croyant en danger, avait poussé la rouquine dans la flaque. 
C'est ainsi que celle-ci s'était retrouvée trempée à son tour. Si, dieu merci, elle n'était tombée comme le gamin avant elle, elle s'était retrouvée suffisamment mouillée pour être forcée de rentrer, laver sa robe boueuse, se nettoyer et se changer. 
Par-dessus le marché, sa brosse, lassée de se battre contre sa crinière toute emmêlée, avait fini par se briser, la laissant seule pour parvenir à brosser l'amas rouge et plein de nœuds qui lui servait de cheveux. 
La nuit était donc bien avancée lorsqu'elle était enfin ressortie, ce qui l'avait considérablement contrariée. Elle avait en effet prévu d'aller chasser, très assoiffée, et ne voulait pas prendre le risque d'attendre la nuit d'après, ne sachant que trop les dangers qu'une soif exacerbée pouvait entraîner. 
Mais le temps d'aller jusqu'à la forêt, de chasser suffisamment pour qu'elle se sente repue, et de revenir en ville, l'aube pointait déjà le bout de son nez. 
Elle avait été attirée par un bruit vers les portes de la ville, mais il ne s'agissait finalement que d'une patrouille en pleine dispute à cause de l'un des soldats ayant oublié son arme. 
À ce moment-là, une douleur intense l'avait soudainement saisie au bras. Le soleil était levé. 
Elle n'avait eu que le temps de se précipiter contre le mur, gémissant de douleur. 
Et elle se trouvait à présent ainsi, adossée au mur, figée, le visage dissimulée sous sa cape sombre, pestant contre les enfants de la veille, contre le soleil, contre la foule qui n'avait, elle, pas besoin de s'abriter du soleil, et contre son bras encore douloureux, dissimulé sous sa cape. 

C'est alors que son attention fut attirée par une exclamation.
 

- Quelle ville splendide !  

C'était un jeune homme, un mage apparemment, l'air émerveillé par tout ce qu'il voyait. Sous son capuchon, elle ne put retenir un sourire. Sinastra faisait toujours cet effet-là, la première fois que l'on découvrait sa magnificence.
Arthémise continua de l'observer, tandis qu'il découvrait la ville, l'air émerveillé. Le spectacle de ce jeune homme impressionné par la Cité blanche avait quelque chose d'émouvant pour elle, qui aimait tant Sinatra et qui n'était pas arrivée si longtemps auparavant. 
Soudain, il sembla méfiant, comme aux aguets d'un éventuel danger. La vampire fronça les sourcils, observant les alentours. Rien pourtant ne semblait le menacer. Qu'est-ce qui justifiait son inquiétude ? Était-il poursuivi ? 
Soudain, il sourit, et, comme pour lui-même, murmura :
 
 
- Allez ! Montre-toi, je ne vais pas te manger.
 

Perplexe, la vampire continua de prêter attention aux alentours... Mais rien ne semblait l'espionner, comme il paraissait le soupçonner. Soudain, elle comprit, et sourit à son tour.



- Je suis juste là.

Répondit-elle alors. 

Elle attendit un instant, puis, amusée, retira son capuchon, découvrant son visage.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auguste Du Lac



Titre :
Race : Homme-dragon
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 41


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
0/0  (0/0)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
0/0  (0/0)
Intelligence / Intuition (Int):
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Dim 28 Mai 2017 - 13:20

Toujours aussi ébloui, je ne prête aucune attention à ce qui m'entoure. Des enfants jouent ici et là, des adultes vont et viennent. Harassé de fatigue et ne sachant où me rendre pour me requinquer et pour dormir. Je n'ai pas prévu et je ne prévois pas du tout rester ici. Qui sait si je suis suivi par les sbires de mon crétin de beau-frère ? Quand soudain, j'entends une voix féminine et la présence que j'ai ressentie plus tôt est revenue :

- Je suis juste là.

Plongé dans mes réflexions toutes aussi noires les unes que les autres, je ne l'ai pas entendue s'approcher. Tout en me contrôlant parfaitement, je me tourne lentement vers l'origine de cette voix, ma robe et ma cape faisant une courbe gracieuse, plante délicatement mon bâton puis dévisage la personne. Son visage est plutôt joli : fin et régulier. Ses yeux, en revanche, sont un peu... particuliers. Je me remémore ce que j'ai lu dans mon grimoire un jour auparavant : parmi les êtres ayant ses yeux-là, on compte des dragons,... et des vampires. Tout en l'inspectant rapidement du regard, j'écarte la majeure partie des hypothèses pour ne retenir qu'une seule : celle du vampire. Je retire à mon tour ma capuche (qui s'est légèrement retiré après un léger coup de vent), dévoilant ainsi ma tête, mets mon poing devant ma bouche, toussote, puis tout en souriant et en écartant ma main de la bouche, lui demande à voix basse :

- Et vous êtes ma chère... vampire ? Je me disais bien que j'avais senti quelqu'un...

Je me rends rapidement compte de mon impolitesse, je me rattrape donc  et à haute voix cette fois-ci :

- Je vous prie de bien vouloir m'excuser ma Gente Dame, j'ai oublié de me présenter : Auguste Du Lac, Mage...

Je suspends volontairement ma phrase. Si je vais plus loin, devrai-je m'en aller plus loin dans ma présentation, c'est-à-dire révéler ma vraie nature ? Je suis un mage qui a été exilé et si je reviens sur mes "terres", Alexandre II, mon demi-frère, me tuera. Rien qu'à cette pensée négative, ma gorge se serre. Pour couronner le tout, je vois juste derrière la jeune femme une fillette qui ressemble énormément à ma  demi-sœur. Le visage soudainement devenu plus grave, je sors une cocotte en papier et la regarde tristement sans me préoccuper de la jeune femme qui est en face moi. Je pousse un très long soupir et range le cadeau, l'unique souvenir de ma petite Aurore.

* Que devient-elle ? Pourvu qu'elle se sente bien !*

Je prie, en murmurant dans ma propre langue, le Dieu de la Magie pour qu'Aurore n'ait aucun problème, etc. Bien qu'elle m'ait traité de monstre et qu'elle m'ait sans doute dénoncé, je ne lui en veux absolument pas. Comment pouvait-elle comprendre tous les arcanes de la vie toute petite qu'elle est ? Je soupire à nouveau, range la cocotte et relève la tête et demande à la seule personne, qui a accepté de me parler :


- Je ne veux pas me montrer irrespectueux à votre égard, mais connaîtriez-vous un endroit où je pourrai souper et dormir ? J'ai encore une longue route à faire demain...

Je me mords brusquement les lèvres, car j'en ai trop dit. Je ne sais pas du tout si je suis poursuivi, mais dans le doute, je ne veux pas transformer cette magnifique ville en un brasier à cause de mon autre apparence qui est... disons-le franchement... très agressive. Non ! Il ne faut plus penser à cela ! Qui d'ailleurs acceptera un tel mage ? Surtout dans une cité !!! La longue route que j'ai prévu dans ma tête est longue, tortueuse et... sans fin. Sauf si quelqu'un me prouve le contraire... En attendant, je suis devenu un être infâme pour certains, un héros incompris pour d'autres et Dieu sait qu'ils sont une minorité à penser ainsi.

Fatigué, je m'appuie davantage sur mon bâton et guette un endroit où je pourrai m'asseoir. Cela fait des jours que je n'ai pas vraiment dormi et que je me suis contenté de simples baies, racines pour survivre à ma longue traversée. J'espère avoir quelque chose de... plus consistant et surtout plus confortable. Cette cité me permettra-t-elle de me donner un peu de cela avant mon départ ? Qui sait... ? Tout étant dans ces pensées, je jette furtivement un coup d'œil en direction de la porte de la Cité Blanche.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Thème d'Auguste Du Lac


Dernière édition par Auguste Du Lac le Lun 5 Juin 2017 - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthémise

avatar

Titre : La Danseuse
Race : Vampire
Age : 17

Féminin

Marié(e) à : : -
Rôle : _____
- Agent d'Accueil
Messages : 370

Compétences : ____
*Combat à mains nues (CC) Niv-5
*Coups spéciaux : Crocs (CC) Niv-3
*Maîtrise Lames (CC) Niv-2


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
35/100  (35/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
20/100  (20/100)
Intelligence / Intuition (Int):
28/100  (28/100)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Dim 28 Mai 2017 - 22:24

L'homme ne parut pas surpris par sa prise de parole, et se tourna vers elle, avec une certaine grâce, sa robe accompagnant doucement son mouvement. À son tour, il découvrit son visage, laissant ainsi la vampire voir son visage, et toussota avant de prendre la parole. 
 
- Et vous êtes ma chère... vampire ? Je me disais bien que j'avais senti quelqu'un...
 

Arthémise retint une grimace à l'évocation de sa race. Allons bon... Eh bien, voilà qui était fait. Lui savait déjà ce qu'elle était. Elle ne savait si cela était plutôt positif ou non. Au moins, elle n'aurait pas à devoir le dévoiler plus tard, comme elle avait été forcée de le faire avec Anarion, sentant ses soupçons croître progressivement. En même temps, elle préférait en général éluder cette question fâcheuse, et voilà qui n'était plus possible. 
Il parut soudain un peu gêné, comme s'il avait oublié quelque chose, et reprit alors :
 

- Je vous prie de bien vouloir m'excuser ma Gente Dame, j'ai oublié de me présenter : Auguste Du Lac, Mage... 
 
Arthémise attendit un instant. L'homme semblait vouloir ajouter quelque chose... Mais il ne dit rien de plus. 
Elle eut un léger sourire, comme pour détendre l'atmosphère, et reprit donc à son tour :
 

- Mais je vous en prie. Je me nomme Arthémise. Pardonnez-moi si je vous ai dérangé sur votre route. Je ne vous espionnais pas le moins du monde, simplement...


La vampire eut une hésitation. Elle n'allait tout de même pas avouer qu'elle se retrouvait bloquée ici à cause du soleil. Ç'aurait été fort gênant... Elle sourit de plus belle, adoptant une posture très détendue, comme si elle était là de sa propre volonté, et reprit d'un ton badin :  

- Simplement, je me trouvais bien ici. J'aime observer les gens qui passent, en général, ils n'y prêtent pas vraiment attention...
 

Elle grogna intérieurement. C'était le mensonge le plus pathétique et le moins crédible qu'elle aurait pu inventer. Mais c'était la première idée qui lui était venue et elle l'avait saisie au vol. Tout plutôt que d'avouer sa faiblesse, et son incapacité à s'exposer au soleil ! 

Auguste changea soudain d'expression, et fixa un élément quelques pas plus loin, derrière Arthémise. Étonnée, celle-ci tourna la tête à son tour... Et ne vit rien. Elle observa de nouveau Auguste, ne comprenant pas, et le vit sortir une petite cocotte en papier, l'air perdu dans ses pensées. La vampire observa de nouveau l'endroit qu'il avait fixé et aperçut une petite fille. Auguste était-il père ? Avait-il dû abandonner une fille ? 

Son cœur se serra et Arthémise se sentit emplie de compassion pour cet homme qu'elle connaissait à peine. Elle aurait voulu l'aider, mais... Comment ? Elle hésita, et, d'une voix aussi douce que possible, reprit, comme dans un souffle :
 

- Est-ce que tout va bien ?
 

Elle n'était pas sûre qu'il l'ait entendue, et n'osait s'immiscer dans ce qui ne la regardait pas vraiment. Mais l'homme releva la tête, rangeant le jouet de papier, et reprit, changeant radicalement de sujet :
 

- Je ne veux pas me montrer irrespectueux à votre égard, mais connaîtriez-vous un endroit où je pourrai souper et dormir ? J'ai encore une longue route à faire demain...
 

Arthémise eut une hésitation. Le mieux aurait été de lui indiquer l'auberge, où il pourrait trouver le gîte et le couvert. Mais celle-ci n'était pas tout près, et avec la foule qui déambulait en tous sens, la vampire ne pouvait pas ne pas l'y mener directement. Mais le soleil brillait toujours autant, bénédiction pour les passants et plaie pour elle. Cela s'annonçait compliqué... Mais comment refuser de l'aider ? Et bien entendu, il était absolument hors de question qu'elle avoue ce... Problème. Tant pis pour elle, il allait falloir passer outre. Elle eut un étrange sourire, à la fois cavalier envers elle-même, comme un défi, et bienveillant pour Auguste, souhaitant le rassurer.
 
 
- Mais je ne vois aucun manque de respect dans votre requête. Si vous voulez bien me suivre, je vais vous mener à l'auberge de la ville, vous trouverez là-bas le repos et le repas dont vous semblez avoir grand besoin.
 

Elle rabattit rapidement sa capuche, pas folle au point de souhaiter se laisser brûler aussitôt, et, prenant une profonde inspiration, abandonna son précieux abri. 
Elle avança assez vite, veillant néanmoins à ce qu'Auguste la suive, souhaitant de tout son cœur laisser derrière elle cette chaleur infernale. Mais rapidement, elle ralentit, voyant trouble. Chancelante, elle trébucha, se rattrapa et continua sa progression, sans rien voir. Mais, têtue, elle s'obstina à poursuivre, haletante. La chaleur était de plus en plus infernale, et, avec un faible cri, elle finit par se sentir tomber, n'ayant pas la force de se rattraper.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auguste Du Lac



Titre :
Race : Homme-dragon
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 41


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
0/0  (0/0)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
0/0  (0/0)
Intelligence / Intuition (Int):
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Dim 28 Mai 2017 - 23:21

- Mais je vous en prie. Je me nomme Arthémise. Pardonnez-moi si je vous ai dérangé sur votre route. Je ne vous espionnais pas le moins du monde, simplement...

Bon ! Il s'en est fallu de peu que je la froisse, il va falloir faire attention à l'avenir. Je continue de sourire. Nous avons tous nos petits secrets et je crois avoir vu juste en ce qui la concerne. Je ne la crains pas, au contraire, j'ai déjà vu des vampires et il y en a même eu un qui m'a formé, c'est dire... J'imprime son nom : Arthémise... Tien ?! Voilà un très joli nom ! Je la complimente :

- Arthémise ? Très joli nom !

- Simplement, je me trouvais bien ici. J'aime observer les gens qui passent, en général, ils n'y prêtent pas vraiment attention...  

N'étant pas dupe de son mensonge, je ne le relève pas. Je m'approche d'elle et lui dis sur un ton de la confidence :

- Si vous souhaitez savoir comment j'ai deviné votre véritable apparence, c'est très simple Arthémise. Parmi les mages qui m'ont formé, il y a eu un vampire qui avait les mêmes caractéristiques que vous, parmi lesquels...

Je suspends volontairement ma phrase et désigne ses yeux de la main sans pour autant entrer dans son cercle d'intimité par égard pour elle, puis ajoute toujours sur un ton de la confidence :

- Je crois même que votre race est capable de déceler quelque chose. Et si vous me regardez plus attentivement Arthémise, que voyez-vous ?

Je sais que c'est extrêmement risqué, mais puisque j'ai visé juste, autant qu'elle puisse se rendre compte de qui je suis réellement, ça remettra la balle au centre.

Bref ! Revenons à nos moutons ! Pendant que mon triste regard s'est posé sur la cocotte, la femme vampire m'a demandé d'une voix un brin gênée, mais remplie de compassion et de douceur :


- Est-ce que tout va bien ?  

Je range en soupirant longuement et tristement le cadeau d'Aurore, regarde intensément Arthémise, puis lui réponds finalement et franchement :

- Ça va aller Arthémise, c'est juste que...

Je racle la gorge, hésite un instant avant de lui dire gravement ce qu'il y a dans mon cœur :

- ... C'est juste que j'ai vu une gamine, qui ressemble énormément à ma petite demi-sœur. J'espère qu'elle va bien. Je suppose aisément que vous avez vu la cocotte en papier que j'ai tenue dans la main. C'est son cadeau, l'unique souvenir que j'ai et que j'aurai d'elle...

Je me tais et la regarde à la fois meurtri et soulagé. Après quelques secondes, voire de minutes de silence, elle répond enfin à ma requête et me fait signe tout en me disant :

- Mais je ne vois aucun manque de respect dans votre requête. Si vous voulez bien me suivre, je vais vous mener à l'auberge de la ville, vous trouverez là-bas le repos et le repas dont vous semblez avoir grand besoin.  

Je hoche la tête et la suis avec une immense gratitude, tout en conservant néanmoins une distance respectable entre elle et moi. J'ai envie de discuter avec elle et de lui révéler la cause de mon exile, mais puis-je sincèrement lui faire confiance ? Je la connais à peine quand même. Bien qu'en étant soulagé de lui avoir fait part de mon inquiétude, je garde une certaine... prudence vis-à-vis des personnes que je rencontre. Je vois soudainement la vampire ralentir, tanguer, trébucher, remarcher tel un aveugle, crier et s'écrouler, affectée par la chaleur de la lumière du soleil. Quel idiot suis-je de la mettre en danger !!! Très inquiet, je me dépêche d'être derrière elle et la rattrape in extremis. Je l'allonge délicatement, après l'avoir trainée, sur un banc situé un peu plus loin à l'ombre et lui donne un élixir censé protéger pendant quelque temps une personne des effets de l'astre solaire. Je patiente et continue d'admirer la cité. Restant auprès d'elle, je lui chuchote à l'oreille :

- Lorsque vous vous réveillerez Arthémise, s'il vous sied, redressez-vous doucement.

Je regarde autour de moi et vois un établissement comportant une enseigne, je me retourne vers elle et continue de murmurer :

- Lorsque vous vous serez redressé, ma gente Dame, essayez de vous rendre à l'établissement avec une enseigne. Je ne suis pas certain de bien voir à cause de la blancheur immaculée des pierres, mais je crois qu'il s'agit d'une taverne ou d'un commerce quelconque...où vous serez sans doute en sécurité.

Je sais que la potion, que je viens de lui administrer, a un effet secondaire majeur auprès des vampires : la sensation de tournis arrive en premier, mais elle est heureusement brève. Une personne, qui tangue à cause de cette potion, peut facilement et rapidement être cataloguée comme étant un ivrogne et ça, je tiens absolument à l'éviter, afin de ménager sa noble réputation.
-----------------------------------------------------------------

[EDIT : Post modifié le 05.06.2017]


Dernière édition par Auguste Du Lac le Lun 5 Juin 2017 - 22:49, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthémise

avatar

Titre : La Danseuse
Race : Vampire
Age : 17

Féminin

Marié(e) à : : -
Rôle : _____
- Agent d'Accueil
Messages : 370

Compétences : ____
*Combat à mains nues (CC) Niv-5
*Coups spéciaux : Crocs (CC) Niv-3
*Maîtrise Lames (CC) Niv-2


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
35/100  (35/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
20/100  (20/100)
Intelligence / Intuition (Int):
28/100  (28/100)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Mar 30 Mai 2017 - 23:49

À moitié inconsciente, Arthémise ne sentit pas Auguste qui la déplaçait. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle était allongée sur un banc, hors de portée du soleil. Elle comprit immédiatement ce qui s'était passé, et, emplie de honte, elle se redressa aussitôt, fermant un bref instant les yeux en sentant encore sa tête tourner, furieuse de cet accès de faiblesse. S'asseyant, elle porta une main à sa tête, tentant de laisser retrouver sa place normale, c'est-à-dire fixe et pas mouvante, au monde tout autour d'elle. Auguste posa la main sur son épaule, et, surprise par le contact, elle tourna vivement la tête vers lui.
 
 
- Doucement Arthémise... Comment vous sentez-vous ? Êtes-vous capable de vous déplacer jusqu'à cet établissement ? L'élixir que je vous ai donné, va durer pendant quelque temps et vous protégera donc des effets du soleil.
 

Il lui avait donné quelque chose ? Elle ne s'en rappelait pas. Sa méfiance revint aussitôt. Était-ce pour cela que la tête lui tournait autant ? Une lueur se durcit dans son regard. Elle était prête à se battre s'il le fallait... 
Observant tout autour d'elle, elle aperçut le bâtiment dont il parlait et elle retint un soupir exaspéré. C'était l'auberge, où elle pensait l'emmener. Elle y était presque. Et évidemment, il avait fallu qu'elle échoue juste là. Si près du but ! C'était... Pathétique. 
Relevant les yeux vers Auguste, elle aperçut sa main tendue vers elle, et décida de mettre ses soupçons de côté. Pourquoi était-elle toujours si méfiante ? Il avait seulement voulu l'aider et lui avait probablement sauvé la vie. Avec un léger sourire, tant gêné que pour le remercier, elle saisit la sienne et se releva. 
Au contact de sa main, une parole d'Auguste lui revint. Quelque chose qu'il avait dit, auquel elle n'avait pas prêté attention...


Et si vous me regardez plus attentivement Arthémise, que voyez-vous ?
 
 

Et soudain elle comprit. Il était bien plus qu'un simple mage... C'était un dragon. Du moins, en partie, puisqu'il pouvait prendre forme humaine. Sa poigne vigoureuse, ses sens acérés -il avait deviné qu'elle l'observait-, ne lui firent soudain plus aucun doute. Ses prunelles écarlates croisèrent les yeux gris-bleus d'Auguste, mais elle ne dit rien. C'était comme un secret pour un secret... Il avait raison, à propos de sa race : comme il l'avait soulevé plus tôt, son regard scarlatin la trahirait toujours... Encore fallait-il que les gens le sachent. Mais lorsqu'ils y faisaient attention... Elle ne pouvait pas le dissimuler. 

Apercevant de nouveau une petite fille dans le flux des passants de la rue, la confession du jeune homme lui revint en mémoire, et son cœur se serra. Elle connaissait cette douleur... Elle-même avait perdu sa petite sœur, dans l'incendie du château. Elle frissonna. C'était il y a tellement longtemps... Ces souvenirs étaient si cruels... Elle ne voulait plus y penser. 
Elle secoua la tête, achevant de se remettre les idées en place, et se tourna vers Auguste, hésitant sur ce qu'elle allait dire.
 
 

Merci.. Pour...  
Elle hésita, et finit lamentablement :  Merci.  Elle détourna les yeux un instant, regard dans le vague, songeuse, et se retourna vers lui :   

Vous savez... Pour votre demi-sœur... J'espère sincèrement que... Vous pourrez la revoir... 
  

Sa voix se brisa, ces mots évoquant bien trop sa propre douleur, et elle se tut. N'attendant pas vraiment de réponse, elle se dirigea vers la foule, l'invitant d'un signe de tête à la suivre. Son tournis était passé, et, machinalement, elle remit son capuchon pour se protéger du soleil. 


Mais en arrivant dans la portée du feu solaire, elle se figea, leva la main, laissant la chaleur effleurer ses doigts diaphanes. Les rayons picotèrent sa main... Mais rien d'insuportable, contrairement à d'habitude. Elle eut un éclat de rire, reflet de sa stupéfaction.


Se retournant brutalement, elle retira le capuchon, laissant sa crinière rousse se déployer derrière elle, et exposa son visage au soleil, croisant deux doigts... Mais rien ne vint, aucune douleur atroce. Seule, une douce chaleur effleura sa joue, comme une caresse. Incrédule, la vampire laissa échapper un rire tremblant. 

  
C'est impossible...   murmura-t-elle.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auguste Du Lac



Titre :
Race : Homme-dragon
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 41


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
0/0  (0/0)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
0/0  (0/0)
Intelligence / Intuition (Int):
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Mer 31 Mai 2017 - 19:46

Lorsque Arthémise reprend conscience, je note des comportements contradictoires chez elle : un mélange de sentiments de soulagement, de méfiance, d’agressivité avant d’avoir celui de la gêne. Je ne dis aucun mot, la laissant peu à peu reprendre ses esprits, après tout c’est normal qu’elle se sente un peu… perdu. Amusé, je la vois remettre la capuche, je sais toutefois c’est une habitude chez les vampires de la mettre. Les vampires sont extrêmement sensibles à la lumière, surtout celle qui émane de l’étoile. J'observe une lueur dans ses yeux et sais à présent qu’elle a compris à qui elle a affaire. Au lieu de crier au loup, elle ne dit rien et saisit ma main que je lui ai tendue pour l’aider à se relever. Parfait ! Elle campe bien sur ses jambes, je la lâche donc, quand j’entends un hésitant remerciement. Je hoche de la tête en guise de réponse, mais, à vrai dire, c’est plutôt à moi de la remercier. Elle a pris un très gros risque pour me guider dans ces dédales de rues et a même failli disparaître à cause de moi. Je l’entends dire d’une voix qui finit par se briser et pour cause, une fillette est passée devant nous en criant et en riant. Aïe ! Je suppose qu’elle a perdu un être cher. Voici donc ce que j’ai entendu :

- Vous savez... Pour votre demi-sœur... J'espère sincèrement que... Vous pourrez la revoir...

Avant que je puisse lui répondre, elle me fait rapidement signe et s’éloigne en direction de l’établissement, pour finalement s’arrêter devant lui. Pendant qu’elle s’approche du bâtiment, je reste sur place et la contemple de plus en plus soulagé. Elle tend sa main et finit par se rendre compte de quelque chose. Je l’entends même rire de surprise. Je lui ai fait un sacré cadeau : ressentir le soleil sur sa peau. Elle se tourne vivement et avec grâce vers cette étoile et profite au maximum. Je souris et ne bouge pas d’un pouce, restant devant le banc.

Pendant ma contemplation, je ne perçois pas tout de suite un danger : un jeune enfant s’approche de moi par derrière, met sa main dans ma sacoche, hurle de douleur, retire sa main qui a été brûlée au troisième degré et me donne un coup de couteau dans l’abdomen. Je me plie en deux, étouffant un cri. Heureusement pour moi, la femme vampire ne se rend compte de rien, absorbée par ce qu'il lui arrive. Je lance donc rapidement une incantation de soin, tiens le garnement par la main et enchaîne tout de suite par une autre… celle du feu. Mon objectif est que ce fichu gamin, manifestement de rue, regrette son geste. Les gardes se dirigent dans ma direction, puis voyant mon état et comprenant rapidement ce qu’il s’est passé, arrêtent l’enfant. Ils me demandent si je veux porter plainte et à leur plus grande surprise, je refuse, mais leur demande de garder ce môme dans une cellule afin qu’il puisse méditer sur ses actes. Je regarde le gamin et lui murmure que je repasserai le voir demain pour voir s’il a bien compris la leçon avant de lui lancer un petit sort de soin. Je salue les gardes et les remercie pour leur aide.

Une fois les gardes partis avec le petit, je prends une petite potion de soin pour compléter mon incantation, me retourne vers Arthémis, qui, absorbée par l’effet de l’élixir, semble ne pas s'être rendu compte de ma petite mésaventure et qui ne réalise surtout pas que… l’effet de cette potion est en train de s’estomper. Une seconde ?! L'effet s'estompe ??? Je prends aucune précaution concernant ma robe, qui a été tâchée de sang du fait de ma blessure, je fonce vers Arthémise, ouvre la porte, prends la femme par le bras et, sans ménagement, la jette à l’intérieur d’une auberge. Je referme instantanément la porte tout en barrant la route de la femme et lui dis avec un immense soupir de soulagement :


- Il s’en est fallu de peu !

Puis pour changer de sujet, j’ajoute :

- Vous avez émis un souhait concernant ma demi-sœur, je doute fortement qu’elle…

Je n’ai même pas eu le temps de finir ma phrase qu’une voix m’interpelle :

- Hé ?! Mais c’est Messire Du Lac que j’vois !

Je regarde vivement dans sa direction et vois un marchand de vins, un nain, que j’ai sauvé lors d’un raid contre les dragons, mais avant que je puisse émettre quoique ce soit, il continue, tout en courant dans ma direction et ne s’arrêtant qu’à côté d’Arthémise :

- J’suis ravi de vous voir Messire Du Lac !!! J’ me rappelle que j’ vous dois un g’nd remerciement.

Le nain se tourne vers la femme vampire et lui dit :

- Ouaaaaaah ?! Quelle j'lie femme ! V's avez de la chance d’être avec Messire Du Lac. V's savez qu’il est parti de Lacitédor à c’se de son v’rien de beauf. Messire Du Lac est une personne généreuse, respectueuse, soucieuse d's autre' !!! Un jour, il nous a sauvé d'un gr'nd dr'gon venu nous agressés, ma famille et moi, p'vre marchand.

Le nain ne réalise pas que je n’ai pas tout raconté à la femme aux yeux rouges, qui semble être touchée par le compliment et qui me paraît en même temps… totalement perdue. Le marchand, aussi bavard qu'une pie, lui dévoile que je suis le fils d’une noble (tout en complimentant au passage les qualités et la beauté de ma mère) et… au moment où il s’apprêtait à révéler le nom et la race de mon père, je parviens enfin à l'interrompre :

- Euh… Merci mon ami, mais par pitié, ne m’appelez plus Messire, mais Auguste.

Je profite de l'aubaine pour lui demander des nouvelles de ma cité natale et apprends consterné et désespéré qu'Alexandre II a pris la grosse tête, a pourchassé les mages, toutes les races qui ne sont pas… humaines et que ma chère Aurore est enfermée dans sa chambre. Si elle sortait, elle serait… condamnée... à mort. Quelle est cette blague ??? Soudainement devenu blême, je scrute mon interlocuteur, en espérant que c'était une plaisanterie. En en voyant toutefois son regard très grave et très ennuyé, je me rends vite compte de la situation totalement inédite et révoltante (en ce qui me concerne bien sûr). Le marchand me répond en bombant le torse et en tapant sa poitrine de fierté :

- Bien s’r que je vais revenir !!! J' ne suis pas de ceux qu’on intimide comme ça !!!

Je lui demande s’il peut faire appel à des personnes, qui sont contre les directives de mon beau-frère et de m'aider à faire évader Aurore de sa cage. Oui ! Je considère à présent que sa chambre est devenue une vraie cage. Pauvre petite ! Si jeune et déjà...Emprisonnée !

- Pour sûr Mes... Auguste !!! Que puis-j' faire pour vous aider ?

Mon but est désormais devenu très clair : je veux la sauver des griffes de mon... (Mot censuré pour des raisons de bienséance par l'auteur de ce sujet qui tient à ce que son rp passe, y compris auprès des mineurs ! - Allons Messire ?! N'oubliez pas qu'il y a des mineurs ici ! - Oups ?! C'est vrai, pardonnez-moi Ma chère !) de beau-frère, mais, une fois à l'abri, où pourrait-elle se loger et être nourrie ? Très embarrassé par la situation et furieux contre mon ancien seigneur, je me tourne vers mon guide. J’inspire un bon coup pour me calmer et lui demande tout en étant très mal à l'aise :

- Arthémise ? Je sais que j’abuse énormément de votre gentillesse, mais… Accepteriez-vous d’accueillir Aurore De Lacitédor ? Elle est mineure et je ne pense pas rester indéfiniment ici.

Je lui décris ma belle-sœur : blonde, aux yeux bleus, douce, très respectueuse, gentille…, mais également très craintive. J'ajoute qu'Aurore déteste être enfermée quelque part, mais je ne précise pas la taille de la fillette. Il suffira juste à la femme vampire de se souvenir de mon émotion de tout à l'heure, quand j'ai vu la petite fille, qui a été derrière elle. J’attends une réponse de sa part, à la fois angoissé et en colère. Pendant que les informations et ma requête soient parfaitement analysées par le cerveau de mon guide, je lutte contre l’autre part de moi-même, qui essaie de jaillir du tréfonds de mon être. Le nain, quant à lui, attend visiblement ma réponse, comme s’il a perçu que j’avais un plan. Il a absolument raison et je loue intérieurement la Providence, qui me l'a mis sur ma route.
--------------------------------------------------------------------------------

[EDIT : Dernière modification du post effectuée le 01.06.2017 à 22:51:48]

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Thème d'Auguste Du Lac


Dernière édition par Auguste Du Lac le Lun 5 Juin 2017 - 22:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthémise

avatar

Titre : La Danseuse
Race : Vampire
Age : 17

Féminin

Marié(e) à : : -
Rôle : _____
- Agent d'Accueil
Messages : 370

Compétences : ____
*Combat à mains nues (CC) Niv-5
*Coups spéciaux : Crocs (CC) Niv-3
*Maîtrise Lames (CC) Niv-2


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
35/100  (35/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
20/100  (20/100)
Intelligence / Intuition (Int):
28/100  (28/100)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Sam 3 Juin 2017 - 16:50

Incrédule, Arthémise resta un long moment face au soleil. C'était incroyable. Comment avait-elle réussi à vivre sans cette incroyable chaleur, douce et réconfortante, que les passants ne remarquaient même plus ? 
Elle qui avait tant rêvé de sentir de nouveau l'astre du jour effleurer sa peau se rendait compte à présent à quel point elle avait oublié cette sensation unique. 
Jamais Auguste n'aurait pu lui faire plus beau cadeau. 
Elle leva sa main dans la lumière. À son annulaire droit le rubis scintillait d'un éclat qu'il n'avait pas eu depuis longtemps, éclatant sur sa peau d'une blancheur encore plus absolue dans cette lumière mordorée. 
Poussée par la brise qui ondoyait autour d'elle, une mèche vint s'enrouler autour de son bras et elle l'observa, surprise. Au soleil, ses cheveux d'un roux intense, presque rouges, se paraient de reflets d'or, prenant la couleur d'une flamme scintillant dans la nuit. 
C'était... Fou. Tout était plus beau, tout était plus joyeux... Tout était plus réel, et pourtant, elle se croyait dans un rêve. Était-ce possible ? Arthémise, la vampire, danseuse voleuse de vies, se tenait là, dans la rue, défiant le soleil de ses yeux écarlates. 
Un cri, quelques mouvements brusques attirèrent son attention, mais, hypnotisée par ce qui se passait, elle n'en tint pas compte. Ce qui se passait était si intense pour elle... Depuis combien de temps n'avait-elle pas senti le soleil sur sa peau ? 
 
C'est peut-être ça, le bonheur...
 

La petite voix qui ne la quittait jamais se fit un plaisir de contrecarrer cette pensée presque positive :
 
Le bonheur ? Il est hors de question que tu sois heureuse un jour. Tu es égoïste et cruelle. Tous ceux que tu as tués... Tu n'as pas le droit d'avoir une belle vie alors qu'eux reposent six pieds sur terre grâce à TOI.
 

Son sourire se flétrit et elle baissa sa main. Bien sûr qu'elle n'en avait pas le droit... Elle savait qui elle avait été et ce qu'elle ne pourrait jamais cesser d'être, même en essayant de changer, même en essayant de faire le bien, même en aidant les autres. Mais... C'était juste un instant de bonheur. Juste... Un instant... Était-ce trop demander ? 
Oui, c'était sûrement déjà trop. Tant pis... Elle en paierait les conséquences plus tard. Elle était incapable de partir de la rue, de retourner dans l'ombre. Incapable d'abandonner le soleil maintenant qu'elle y avait goûté de nouveau. 

Elle n'eut cependant pas à le faire. Soudain, elle se sentit attrapée par le bras, et, avant d'avoir le temps de protester, se retrouva projetée à l'intérieur de l'auberge. Elle se retourna et aperçut Auguste, qui soupira de soulagement :
 

- Il s’en est fallu de peu !
 

Elle jeta un bref regard en arrière. C'était fini. Cet instant avait été magique... Mais jamais pu elle ne revivrait cela. Elle sourit malgré à tout à Auguste. Il avait raison et venait, encore une fois, de lui sauver la vie. 

Une odeur caractéristique fit soudain briller les yeux de la vampire, qui observa attentivement Auguste, et frémit soudain. Allait-il bien ? Mais elle n'eut pas le temps de lui demander. Il reprit, évoquant sa demi-sœur, et lui-même fut coupé par un nain, inconnu d'Arthémise, qui se précipita vers le mage :
 

-Hé ?! Mais c’est Messire Du Lac que j’vois !
 
Il semblait ravi de voir Auguste et évoqua les grands remerciements qu'il lui devait, avant de se tourner vers Arthémise :
 


- Ouaaaaaah ?! Quelle j'lie femme ! V's avez de la chance d’être avec Messire Du Lac. V's savez qu’il est parti de Lacitédor à c’se de son v’rien de beauf. Messire Du Lac est une personne généreuse, respectueuse, soucieuse d's autre' !!! Un jour, il nous a sauvé d'un gr'nd dr'gon venu nous agressés, ma famille et moi, p'vre marchand.
  



Arthémise sourit au nain, amusée par son parler et l'admiration sans bornes qu'il semblait vouer au "Messire du Lac." Ainsi donc, le mage était de sang noble ? 

Le nain ne s'arrêta plus. Ravi d'avoir retrouvé son sauveur, il débita toute son histoire en un flot de paroles de plus en plus confuses que la vampire avait le plus grand mal à suivre.

Apparemment gêné, Auguste finit par l'interrompre :


- Euh… Merci mon ami, mais par pitié, ne m’appelez plus Messire, mais Auguste.
 


De nouveau la vampire ne put retenir un sourire. Elle connaissait bien ce problème, elle que l'on appelait auparavant Votre Altesse. 
Écoutant attentivement, elle fronça les sourcils à mesure qu'elle entendait tout ce qui se passait dans l'ancien royaume d'Auguste. Et sa demi-soeur était à présent enfermée ? Le jeune homme semblait contrarié, furieux par les nouvelles qui lui parvenaient. Arthémise aurait voulu l'apaiser. Mais comment pouvait-elle l'aider ? 
C'est exactement la question que posa le nain à Auguste, qui semblait réfléchir intensément. Puis, l'air mal à l'aise, il se tourna vers la vampire :
 

- Arthémise ? Je sais que j’abuse énormément de votre gentillesse, mais… Accepteriez-vous d’accueillir Aurore De Lacitédor ? Elle est mineure et je ne pense pas rester indéfiniment ici.
 


Surprise, Arthémise réfléchit rapidement. Bien sûr qu'elle acceptait. Elle ne pouvait pas laisser Auguste se débrouiller seul, ni abandonner cette jeune fille !
Écoutant Auguste lui décrire sa demi-sœur, puis, décidée, elle répondit, sûre d'elle :
 


-Bien sûr que j'accepte. Je ferai tout pour qu'elle se sente bien ici, ne vous en faites pas.
 

Voyant que sa colère et son inquiétude ne diminuaient pas, elle attrapa sa main et la pressa, voulant le rassurer :



Auguste, je vous en prie, calmez-vous. Tout ira bien pour elle, je vous le promets.  

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auguste Du Lac



Titre :
Race : Homme-dragon
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 41


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
0/0  (0/0)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
0/0  (0/0)
Intelligence / Intuition (Int):
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Sam 3 Juin 2017 - 17:52

Plus je réfléchissais, plus je sentais le poids de la douleur. Un conflit intérieur s'engage :

*Allez ! Laisse-moi faire ! Tu n'es plus apte de gérer cette situation.*
*Tais-toi ?!!! Tu n'es tout juste bon que pour faire des dégâts dans cette ville...
*Justement ! Je vais l'embraser et nous venger !*
*Certainement pas !!! Je t'en empêcherai d'une manière ou d'une autre !*


Quand j'entends enfin la phrase de la femme vampire me suppliant...

- Auguste, je vous en prie, calmez-vous. Tout ira bien pour elle, je vous le promets.  

... Je lâche un profond soupir, me secoue la tête, comme pour me réveiller d'un très mauvais cauchemar. J'ai failli céder à mes pulsions incendiaires. Je repense à la dernière parole de mon père :

- Deviens un dragon mon fils ! Un vrai !

Je m'ébroue (à l'époque, j'ai refusé l'offre du dragon et je continuerai à la refuser) et reviens à la réalité. La pauvre rouquine a attrapé la main et l'a même pressée. Je lui dois une fière chandelle. Je me souviens soudainement de son regard avant que le nain, lequel est resté imperturbable, n'ait interrompu nos échanges. Transpirant à grosses gouttes, je passe ma main encore libre dans mes cheveux, puis lance à Arthémise un très léger sourire. Ma tension s'apaisant petit à petit, je reprends conscience de sa réponse :

- Bien sûr que j'accepte. Je ferai tout pour qu'elle se sente bien ici, ne vous en faites pas.  

Je la regarde un temps sans rien dire, puis me rappelant de mon nain, je me tourne vers lui, cherche dans ma sacoche une potion de sommeil et la lui tends en lui disant :

- Tenez mon ami ! Si quelques personnes dans le château peuvent devenir vos complices, alors donnez-leur ce flacon. Qu'elles en mettent soit dans le gibier, soit dans le vin. Qu'elles s'assurent qu'ALEXANDRE
(Je hausse le ton.) le boive, ainsi qu'Aurore, mais plus Alexandre. Me comprenez-vous ? Rassurez-vous ! Cette potion n'agira pas tout de suite, son effet apparaîtra dans une heure ou deux après l'ingurgitation ou pendant la digestion. Ensuite, il faut que ces personnes fassent le nécessaire pour emmener Aurore (qui, je l'espère, sera inconsciente) au port et qu'elles la fassent évader jusqu'à Sinastra, où Arthémise, ici-présente . (Je la désigne de la main)

Devant l'air incrédule du nain, je lui réexplique et détaille même mon plan, tout en lui assurant néanmoins une bonne liberté d'action. Je lui conseille même vivement de quitter lui et sa famille le royaume d'Alexandre, sinon, en cas d'échec, je ne veux absolument pas ressentir le poids de la culpabilité, comme c'est déjà le cas actuellement. Le nain me pose quelques questions, je lui réponds le plus sereinement possible, malgré la tension qui revenait telle un serpent revenant sur sa proie, et le laisse partir.

Las, je recherche une table où je pourrai m'asseoir, une fois celle-ci trouvée, j'invite Arthémise à trinquer, l'air comme si de rien n'était. Ne sachant pas du tout dans quel état d'esprit la femme vampire était, je commande auprès d'un serveur une boisson issue... de ma terre natale : une magnifique bouteille de vin rouge. J'ose même commander un vrai repas : de la viande rouge... Je paie une partie de ce dernier pour éviter que mon guide ne me paie le repas, ce qui (entre nous) ne se fait pas. Une fois le serveur parti, je me penche sur la table en direction de la rouquine et lui dis d'une voix apaisée :


- Je tenais vivement à vous remercier pour m'avoir guidé jusqu'ici et pour ce que vous m'avez dit tout à l'heure. Sans vous, je pense que cette magnifique ville aurait été embrasée par... la seconde part de moi-même. De plus, je tiens à m'en excuser... car vous avez pris un risque insensé pour me guider, surtout en plein jour, ainsi qu'en plein cagnard.

Ne la laissant pas le moindre du monde le temps de me répondre, puisque je n'attends aucune réponse de ma part, j'ajoute :

- Aussi considérez ce repas, comme un geste de gratitude. Bien sûr ! Vous allez me rétorquer quelque chose, mais il est pour moi nécessaire de vous l'offrir.

Je respire un bon coup et, si Arthémise a des questions à mon sujet, je lui répondrai avec franchise. Tout à coup, je sens une autre présence et, bien que je ne puisse dire si elle est amicale ou non, je fais mine de ne pas l'avoir ressentie et continue de regarder la femme vampire d'un air à la fois las et serein.

* Oh et puis zut ! Je vais la laisser venir jusqu'à nous.*

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Thème d'Auguste Du Lac


Dernière édition par Auguste Du Lac le Lun 5 Juin 2017 - 22:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthémise

avatar

Titre : La Danseuse
Race : Vampire
Age : 17

Féminin

Marié(e) à : : -
Rôle : _____
- Agent d'Accueil
Messages : 370

Compétences : ____
*Combat à mains nues (CC) Niv-5
*Coups spéciaux : Crocs (CC) Niv-3
*Maîtrise Lames (CC) Niv-2


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
35/100  (35/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
20/100  (20/100)
Intelligence / Intuition (Int):
28/100  (28/100)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Dim 4 Juin 2017 - 0:01

Le dragon semblait en proie à une fureur croissante, qui semblait presque prendre le pas sur sa raison, et la vampire se demanda un bref instant si elle avait bien fait d'intervenir. Cela n'allait-il pas l'énerver plus encore ? Elle serra un peu plus sa main, tentant de le ramener à la raison. 

Soudain, cela sembla marcher. Enfin, il se calma, inspirant profondément. Il regarda la vampire quelques instants, intensément, et celle-ci ferma les yeux, rassurée. Avant de lâcher sa main, gênée en se rendant compte qu'elle la tenait toujours. Elle qui avait beaucoup de mal avec le contact physique -Bloem avait été furieuse parce qu'elle avait refusé un câlin- venait de prendre spontanément la main d'Auguste... Pas de doutes, cette cité la changeait... Était-ce en bien, en mal ? 

Reprenant les choses en main, le dragon se tourna vers le nain, expliquant son plan, lui tendant un sac. La vampire resta muette, écoutant attentivement. Elle était inquiète pour Aurore. Pourvu que tout se passe bien pour elle... 

Puis Auguste choisit une table et elle le suivit, tandis qu'il commandait une bouteille de vin rouge. Elle eut un sourire en coin. C'était sa boisson préférée. Mais lorsqu'il commande pour elle de la viande bien saignante, elle lui jeta un coup d'œil en coin, ironique. Il connaissait vraiment bien sa race, et, de là, ses goûts.. Elle ne savait si c'était étrange ou agréable. Arthémise souhaitait tant dissimuler sa race... Voir quelqu'un la connaître au travers de cette dernière était très perturbant, même si cela était déjà arrivé, avec Edwin, lorsque celui-ci l'avait accueilli dans la cité, avec Nathanaëlle. 

Voyant le mage commencer à payer, la vampire s'apprêtait à protester, mais celui-ci prit la parole :
 

- Je tenais vivement à vous remercier pour m'avoir guidé jusqu'ici et pour ce que vous m'avez dit tout à l'heure. Sans vous, je pense que cette magnifique ville aurait été embrasée par... la seconde part de moi-même. De plus, je tiens à m'en excuser... car vous avez pris un risque insensé pour me guider, surtout en plein jour, ainsi qu'en plein cagnard
[size=48]. [/size]

Sans lui laisser le temps de protester, il conclut :  

- Aussi considérez ce repas, comme un geste de gratitude. Bien sûr ! Vous allez me rétorquer quelque chose, mais il est pour moi nécessaire de vous l'offrir  

Surprise, la vampire l'observa. Elle ne pensait pas qu'il lui doive quoi que ce soit. Il aurait réussi à se calmer seul, en prenant confiance en lui... Quant aux risques qu'elle avait pris... Elle en prenait tous les jours, sans faire attention, et parfois, elle ne pouvait s'empêcher de se demander si, au fond, ce qu'elle voulait n'était pas, tout simplement, d'en prendre trop, et de mourir ainsi... Elle était lasse des combats, quels qu'ils soient. Sortant de ses pensées, incertaine, elle sourit à Auguste.
 

- Tant mieux si j'ai pu vous aider... Mais je pense que vous auriez pu réussir à vous calmer seul. Il faut seulement que vous croyiez plus en vous-même... Vous êtes très fort, et très talentueux... Il n'y aucune raison pour vous d'échouer. Quant au soleil...
Elle eut un sourire désinvolte. Je connaissais les risques, et je n'en ai pas tenu compte. C'était ma faute, et si quoi que ce soit m'étais arrivé, il ne fallait surtout pas que vous vous en vouliez ! Ce n'aurait pas été de votre responsabilité...
 
La vampire ne s'aperçut que trop tard qu'en disant cela, elle révélait à quel point elle tenait peu à la vie. Elle se mordit la lèvre, espérant que le mage n'y avait pas prêté attention. Pour détourner son attention, elle acheva :  

-Vous n'avez aucune dette envers moi, mais je vous devine aussi têtu que moi, et cela pourrait partir en débat sans fin, alors...
Elle soupira.   J'accepte votre offre. Merci.  
Elle eut un sourire fatigué et sentit soudain une présence, croisant le regard d'Auguste, elle comprit qu'il l'avait perçue aussi, mais ne dit rien.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auguste Du Lac



Titre :
Race : Homme-dragon
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 41


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
0/0  (0/0)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
0/0  (0/0)
Intelligence / Intuition (Int):
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Dim 4 Juin 2017 - 13:39

- Tant mieux si j'ai pu vous aider... Mais je pense que vous auriez pu réussir à vous calmer seul. Il faut seulement que vous croyiez plus en vous-même... Vous êtes très fort, et très talentueux... Il n'y aucune raison pour vous d'échouer. Quant au soleil... Je connaissais les risques, et je n'en ai pas tenu compte.

Je l'écoute attentivement malgré la fatigue causée par de longues journées, de longs mois et de longues années de marche. Bien attendu, j'ai travaillé pour avoir de l'argent en vue de payer quelques repas et à vrai dire je ne pensais pas du tout inviter une personne à manger avec moi. Il faut donc croire que j'en ai ras-le-bol de la solitude si... pesante. Elle enchaîne hésitante et lance un :

 - C'était ma faute, et si quoi que ce soit m'étais arrivé, il ne fallait surtout pas que vous vous en vouliez ! Ce n'aurait pas été de votre responsabilité...

Je hausse les sourcils surpris. De quoi me parle-t-elle ? Je sais que certains vampires ont volontairement embrassé leur destin, mais mon guide est différent tant dans sa manière d'agir, que dans sa façon de parler. Ne sachant quoi lui répondre, par peur de la blesser, je pose ma main au-dessus de la sienne et lui dis juste :

- Vous êtes aussi une femme forte Arthémise, je crois en vous...

Cherchant mes mots, je la regarde et finis par lui dire :

- Vous et moi avons un lourd combat à mener contre nous-mêmes. Ne vous culpabilisez pas de vos actes passés, mais regardez plus devant vous.

Je lui fait un clin d’œil complice. La pauvre est condamnée à lutter de toutes ses forces contre le poids de son passé, contre ses instincts de vampires. Quelque part, elle me rappelle mon ancien professeur mage. Bien qu'étant diagonalement opposés, nous sommes parfaitement entendus lui et moi. Alors pourquoi pas elle ? Tout ce dont Arthémise a besoin, c'est une oreille attentive, quelqu'un sur qui elle peut compter. J'ignore si je peux faire partie... de ces personnes. Je regarde rapidement autour de moi pour savoir à qui pourrait appartenir cette présence ressentie quelques instants plus tôt, note qu'il existe des races différentes : des sirènes, des nains, des humains... Amusé par ce rassemblement pour le moins insolite quand on vient de l'extérieur, je me retourne vers mon guide et, curieux, lui demande :

- Je vois qu'il y a une population hétéroclite ici, pourriez-vous, s'il vous sied Arthémise, me raconter ce que vous savez sur Sinastra ?

Je retire ma main de la sienne, me colle à ma chaise, fait tourner machinalement mon bâton entre ma main gauche et attends sa réponse.

* Si Sinastra est en mesure d'accueillir des personnes différentes, peut-être qu'il serait bon pour moi de poser la valise pendant quelques jours, histoire de récupérer et de visiter la Cité.
* Non idiot ?! Tu vas faire échouer...
* Ohhhhhh ?!! La ferme toi ?! Tu as bien dormi, moi non alors fiche- moi la paix?!*



-----------------------------------------------------------------

[EDIT : Post modifié le 05.06.2017]

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Thème d'Auguste Du Lac


Dernière édition par Auguste Du Lac le Lun 5 Juin 2017 - 22:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthémise

avatar

Titre : La Danseuse
Race : Vampire
Age : 17

Féminin

Marié(e) à : : -
Rôle : _____
- Agent d'Accueil
Messages : 370

Compétences : ____
*Combat à mains nues (CC) Niv-5
*Coups spéciaux : Crocs (CC) Niv-3
*Maîtrise Lames (CC) Niv-2


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
35/100  (35/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
20/100  (20/100)
Intelligence / Intuition (Int):
28/100  (28/100)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Dim 4 Juin 2017 - 16:17

Apparemment dérouté par les dires de la vampire, Auguste posa doucement sa main sur la sienne et reprit à son tour :

- Vous êtes aussi une femme forte Arthémise, je crois en vous…


Surprise, elle le dévisagea. Pourquoi disait-il cela ? Il fit une courte pause, semblant hésiter, puis poursuivit :


- Vous et moi avons un lourd combat à mener contre nous-mêmes. Ne vous culpabilisez pas de vos actes passés, mais regardez plus devant vous.


Étonnée une fois de plus, elle n’osa cependant rien dire. Mais qu’est-ce qui lui permettait de dire cela ? Comment savait-il ? Jamais elle n’avait parlé de son histoire. Elle l’avait évoquée, une fois, devant Anarion, de façon très superficielle. Elle avait laissé Ignis entrapercevoir sa peine. Mais jamais elle n’avait pu en parler plus avant. Nathanaëlle, qu’elle considérait comme son amie, n’avait aucune idée de ce qui était arrivé à la vampire, malgré ses tentatives pour la faire parler. Arthémise savait, d’ailleurs, que cette dernière avait raison ; parler l’aurait très probablement soulagée… Mais c’était bien trop dur. Elle qui s'appuyait sur sa douleur, ses remords, sa peur et sa peine pour avancer, sur quoi pourrait-elle compter si on lui enlevait cela ? Puisque de toute façons, elle n’avait plus rien d’autre ?

Elle soupira, secouant la tête, puis se tourna de nouveau vers Auguste. 


Observant tout autour de lui, celui-ci finit par lui demander :

- Je vois qu'il y a une population hétéroclite ici, pourriez-vous, s'il vous sied Arthémise, me raconter ce que vous savez sur Sinastra ?

Celle-ci eut un sourire timide, mais une lueur s'alluma dans son regard, elle qui aimait tant cette Cité, bien que n’étant pas arrivée si longtemps auparavant.


-Mais avec grand plaisir. En effet, Sinastra est une ville très cosmopolite. Vous trouverez des gens de partout, de toutes races. Mais ils ont un point commun : ici, tout le monde est accueillant et bienveillant. Il y aura toujours quelqu’un pour vous aider si vous en avez besoin.


Et Arthémise commença alors à lui décrire Sinastra. La bonté des habitants, la beauté et la diversité des différents lieux… Une ville incroyable, où l’on trouvait tout ce dont on avait besoin, au niveau matériel comme au niveau relationnel : de grandes amitiés se nouaient ici, de belles aventures partaient de cette ville…

Cependant, tout en lui décrivant la radieuse Cité Blanche, elle gardait une impression étrange, comme s’is étaient observés...

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Dernière édition par Arthémise le Lun 5 Juin 2017 - 22:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auguste Du Lac



Titre :
Race : Homme-dragon
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 41


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
0/0  (0/0)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
0/0  (0/0)
Intelligence / Intuition (Int):
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Dim 4 Juin 2017 - 22:21

J’observe attentivement Arthémise, qui est visiblement troublée par mes paroles. Aurais-je atteint un point sensible ? Déjà cette mystérieuse phrase énonce un fait indéniable sur son souhait de mourir, alors qu’elle a largement prouvé qu’elle est une personne bienveillante, malgré ses canines... Pour lui permettre de comprendre le sens profond de mes quelques mots, je la cite à voix basse non seulement pour la préserver de tous élans destructeurs qui peuvent la viser elle, mais aussi pour rester très discret vis-à-vis de cette présence encore inconnue.

- Je vois clairement que vous semblez ne pas comprendre mes paroles, aussi je vais juste vous citer : « Je connaissais les risques, et je n'en ai pas tenu compte. C'était ma faute, et si quoi que ce soit m'étais arrivé, il ne fallait surtout pas que vous vous en vouliez ! Ce n'aurait pas été de votre responsabilité... ». Je vais même ajouter une petite chose, ma chère…

Je me penche vers elle et lui dis d’un ton confidentiel :

- Si vous avez été un de ces vampires avides de sang, je me serais rendu compte assez rapidement et avant même que vous me plantiez vos canines je me serai transformé en dragon. Telle est devenue ma propre malédiction. Je ne sais pas si le nain vous a ou non gênée, mais quand je l’ai interrompu, il allait vous dire qui était mon père. Je vais vous expliquer cela : ma mère est humaine et mon père est un dragon. Je ne suis que le fruit d’un acte non désiré et ma mère a fini par mourir dans d’atroces souffrances : condamnée à mort par son époux et Seigneur de Lacitédor. Elle a été emmurée vivante.

Je reprends tranquillement mon souffle et poursuis cet échange :

- Autrement dit, je ne suis pas ni un être humain au sens classique du terme, ni un dragon. Je suis ce que vous appelez un Homme-dragon. Une personne dotée de capacités surhumaines, comme ressentir des personnes, …, mais également une personne qui doit constamment lutter contre sa seconde nature. Bref ! Un être maudit pour les uns, un être bienveillant pour d’autres.

Je respire à nouveau et finit par dire :

- Paradoxalement mon demi-frère, le seigneur dont il a été question, a su quelle a été ma nature profonde et a simplement attendu un prétexte pour me condamner à mort. Et dire que c’est en sauvant Aurore que je le lui ai fourni : je me suis transformé en dragon… L’ennemi juré de mon pays natal. Ironique n’est-ce pas ? Un Homme-dragon qui sauve une fillette par amour pour elle et qui se retrouve en plein exil.

Étonnamment je ne ressens plus grand-chose quand je raconte cela à Arthémise. Je la regarde en concluant sur une note positive :

- Voyez-vous Arthémise ? Vous n’êtes pas seule à avoir un poids sur la conscience, sur ce qu’il aurait fallu faire. J’aurai même voulu être condamné à mort, telle a été ma première sentence. Toutefois, plutôt que me dire que la mort est préférable, je tiens à prouver à mon crétin de beau-frère qu’un être monstrueux n’est pas celui qu’on croit.

Je lui souris et lui demande enfin :

- Et à votre avis Arhémise ? Qu’est-ce qui fait que vous et moi sommes des êtres monstrueux ? Est-ce notre ou nos apparences ? Ou nos actes actuels ? J’exclus évidemment ceux qui se sont déjà passés, car nous n’y pouvons plus rien faire, je souhaiterais juste avoir sur votre opinion concernant le futur, notamment le vôtre. En ce qui me concerne, je connais d’ores et déjà la réponse à cette question.

Je sens soudainement que ladite présence se manifeste enfin, mais comme j'ai été plus que discret, je pense sincèrement qu'elle n'a rien entendu de nos échanges. Je fais juste brièvement un léger et furtif signe de tête à Arthémise, juste pour lui indiquer la direction. Je vois enfin apparaître... un homme singulier. Un homme-fauve si je ne m'abuse. Ne connaissant que peu les capacités de ce nouvel arrivant, je me tiens sur mes gardes. Tout ce que je sais de cette race, c'est juste qu'ils ont été un mix entre un lion (donc une nature sauvage dotée d'une puissante force) et un homme (civilisé donc). Voilà tout ce que je sais d'eux. De plus, ne dit-on pas que la prudence est mère de sûreté ? Après l'agression que j'ai subie en cette fin d'après-midi, je ne me sens pas de taille à faire face à cet inconnu.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Thème d'Auguste Du Lac


Dernière édition par Auguste Du Lac le Sam 10 Juin 2017 - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yorwan

avatar

Titre : Chasseur solitaire
Race : Homme-fauve
Age : 26

Masculin

Marié(e) à : : -

Rôle : ____
- Administrateur
Emploi : ____
- Rédac' Chef du Journal

Messages : 2746

Compétences : ____
*Pistage (Int) Niv-5
*Camouflage (Int) Niv-1
*Acrobaties (Dex) Niv-4


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
35/100  (35/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
20/100  (20/100)
Intelligence / Intuition (Int):
25/100  (25/100)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Mer 7 Juin 2017 - 22:31

Une fois n'est pas coutume, lorsque l'homme-fauve entra dans la Taverne du Vieux-qui-Tousse, cette après-midi là, il n'alla pas se rouler en boule devant la cheminé, ni s'accouder au comptoir en commandant un verre de lait, ni se glisser en douce dans la cave pour piquer une bouteille de lait de yack. Non, ce jour là Yorwan venait pour une toute autre raison.
Une raison visible comme le nez au milieu de la figure.
Une raison qui faisait que tous les clients de la taverne ne pouvaient s'empêcher de lui jeter des regards furtifs.
Une raison qui commençait à sentir et à peser quelque peu sur ses épaules pourtant musclées.


-J'veux voir le patron. Dit-il au serveur en tapant du poing sur le comptoir.

L'homme, un nabot au yeux humides et au front dégarni, le toisa du regard puis renifla bruyamment avant de se décider à lâcher son torchon crasseux.


- J'va voir c'que j'peux fâre. Annonça-t-il en se dirigeant vers l'arrière boutique d'un pas traînant.

Yorwan leva les yeux au ciel et d'un mouvement d'épaule, remis son fardeau en place. Il était prêt à attendre que le serveur revienne avec le Patron de la taverne lorsqu'il sentit un regard bref mais inquisiteur se poser sur lui. Sans se retourner, il tendit l'oreille et capta une conversation qui lui parue fort intéressante. Les sens aux aguets, il attendit quelques minutes mais comme l'homme ne revenait pas, il se décida finalement à se retourner.
Ses yeux fauves ne mirent pas longtemps à repérer les deux individus qui discutaient à voix basse à une table non loin de là. La fille, il l'avait déjà vue dans les rues de la Cité. Arrivée récemment, elle semblait être devenue amie avec Nathanaëlle et, si ses souvenirs étaient exacts, elle avait prit part à la bataille de boule de neige géante qui avait eu lieu sur la grand place l'hiver dernier.
L'homme, par contre, lui était inconnu. Rien dans ses vêtements, ses cheveux châtains foncés ou cette barbichette, ne lui était familier mais il avait un petit quelque chose...L'homme-fauve esquissa une grimace. Le nouveau venu avait une odeur étrange, très étrange. Une odeur qui lui hérissait le poil de la nuque.
Curieux de nature, il décida de percer ce mystère. En trois enjambées il fut devant la table des deux compères sur laquelle il laissa tomber un énorme sanglier aux défenses impressionnantes dont les viscères glissèrent sur la table, juste sous le nez d'Arthémise.


-Permettez ? Demanda-t-il en pointant une chaise.

Et sans même attendre la réponse, il la tira et s'y assit en tailleurs.


- Moi, Commença-t-il en incrustant dans la conversation avec tout le sans-gêne dont il savait faire preuve, je pense qu'il n'existe pas d'êtres monstrueux. Il n'y a que les actes qui le soient. Et ce n'est pas parce qu'à un moment donné quelqu'un fait quelque chose de monstrueux qu'il ou elle restera un monstre toute sa vie. Il marqua une pause. M'enfin... c'est juste mon avis, hein !

Et sans transition aucune, sans même s'assurer qu'il n’incommodait pas ses eux compagnons de tablée, il leva la main et commanda un verre de lait à une serveuse joufflue.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auguste Du Lac



Titre :
Race : Homme-dragon
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 41


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
0/0  (0/0)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
0/0  (0/0)
Intelligence / Intuition (Int):
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Sam 10 Juin 2017 - 18:05

L'homme-fauve approche avec un cadavre d'un sanglier, tué pendant une partie de chasse et actuellement perché sur son épaule. Dans son regard, j'ai eu l'impression qu'il fatiguait un peu, il faut dire que le poids d'un porc sauvage est assez conséquent et, manifestement, la chasse est finie depuis belle lurette déjà.

-Permettez ?

Je toussote un peu en mettant mon poing devant ma bouche, non pas parce que je suis incommodé par cette odeur de cadavre, mais parce que je tiens à lui répondre de la manière la plus civilisée possible :

- Hum ! Hum ! Je vous en ...

Je n'ai même pas eu le temps de finir ma phrase que l'inconnu jette son trophée sur notre table. (Bon ! Je passe sur le côté apparemment sans-gêne de l'homme-fauve puisque j'allais accepter sa requête, mais bon.. Bref !) Par contre, quand j'entends sa réplique...

- Moi, je pense qu'il n'existe pas d'êtres monstrueux. Il n'y a que les actes qui le soient. Et ce n'est pas parce qu'à un moment donné quelqu'un fait quelque chose de monstrueux qu'il ou elle restera un monstre toute sa vie. M'enfin... c'est juste mon avis, hein !

... Je me tourne brusquement vers Arthémise que je regarde silencieusement à la fois surpris et embarrassé, car il a, apparemment, entendu notre conversation et, car je ne sais si c'est plutôt un bon signe. Toutefois, au lieu de le chasser comme un vulgaire paysan, je me retourne vers cet inconnu, racle très légèrement la gorge et lui réponds avec une certaine prudence dans ma voix :

- Je vois mon ami... Mais puis-je vous demander qui vous êtes ?

En attendant sa réponse, je me lève pour faire le tour de la table pour voir le coup fatal et réalise que les organes digestifs de cette bête se répandent sur la table. Ayant satisfait ma curiosité et loin d'être dégoûté par cette vision, je reviens à ma place et commente :

- Joli coup de griffes mon ami ! Par contre, j'espère simplement que ce sanglier ne vous a pas trop donné de fil à retordre, parce qu'il a l'air d'être en parfaite santé et robuste...

J'attends un petit moment, m'incline légèrement une main sur le cœur et me présente prudemment :

- Au fait ?! Je m'appelle Auguste Du Lac, Mage du feu, je suis ravi de faire votre connaissance. Je viens tout juste d'arriver à Sinastra, qui est une magnifique ville. Toutefois, comme je disais à mon guide ici-présent (Je désigne la femme vampire de la main droite.), je ne vais pas rester... Enfin... Si pendant un jour ou deux peut-être, histoire d'aller acheter quelques potions, nourriture... Enfin ! Je ne vais pas vous ennuyer avec ma petite personne.

Je souris, repose mon bâton et décide d'entrer dans un débat "philosophique" :

- Je ne sais pas trop comment vous m'avez entendu, si ce n'est probablement par le biais de votre sens de l'ouïe fine à l'instar des lions, capable de détecter un léger bruit de pas dans la savane, mais je m'égare là. Je suis partiellement d'accord avec vous et j'ai juste une question à vous poser mon ami... À  quel niveau considériez-vous que tel ou tel acte peut être perçu comme monstrueux ?

Je désigne l'état de la carcasse de la main et poursuis le plus tranquillement du monde :

- Prenons cette carcasse du sanglier, certaines personnes pourraient trouver cela barbare voire monstrueux, tandis que d'autres ne verront qu'une trace de lutte et normal. Personnellement, je ne trouve pas du tout monstrueux, bien que je ne sache que trop peu de choses sur vous les hommes-fauves. J'ai vu trop de choses horribles pour être affecté par cette vision. Par contre, une personne, qui n'a jamais vu ou connu la guerre, les corps mutilés par les ennemis, etc., peut ici-même et rien qu'en observant ce sanglier tourner de l'œil et s'évanouir ou même partir en courant en hurlant de terreur... Et vous considérer comme un être totalement monstrueux... À condition, bien entendu, qu'elle vous ait vu à l'œuvre.

J'ajoute enfin avant de me tourner vers la femme vampire :

- D'accord pour que ce soit les actes qui définissent ce qui est ou n'est pas monstrueux, mais je pense qu'il y a le motif pour lesquels ces actes ont été commis et sa fréquence. Je m'explique : si vous agissez de la manière la plus monstrueuse une seule fois, parce qu'il y a eu un événement qui vous a poussé ainsi à agir de la sorte, vous n'êtes pas, à mon sens monstrueux. Tandis que si vous agissez continuellement et de manière perfide tout le long de l'année, vous êtes devenu un être monstrueux. Physiquement, vous ne l'êtes pas et vous ne le serez jamais, mais psychologiquement vous l'êtes et vous le serez ad vitam æternam. Voici mon avis. Et vous ma chère Arthémise ? Nous avons donné notre opinion, quelle est la vôtre je vous prie ?

En attendant qu'Arthémise réponde et donne son avis, je reprends machinalement mon bâton magique, me penche vers l'homme-fauve et lui demande le plus sérieusement du monde et à voix basse :

- Je ne souhaite pas vous importuner mon ami, mais... est-ce qu'il serait possible de vous regarder chasser ? Bien entendu, je serai le plus discret possible et je ne tâcherai en aucun cas intervenir si vous êtes dans un quelconque pétrin, mais ça j'en doute fortement bien sûr. Et puis, comme je vous ai dit, je ne sais... et personne, à ma connaissance, n'a étudié les us et coutumes de votre race ou espèce.

Pour bien lui montrer que je ne plaisantais pas, je le regarde droit dans les yeux avec un air vif et curieux.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Thème d'Auguste Du Lac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthémise

avatar

Titre : La Danseuse
Race : Vampire
Age : 17

Féminin

Marié(e) à : : -
Rôle : _____
- Agent d'Accueil
Messages : 370

Compétences : ____
*Combat à mains nues (CC) Niv-5
*Coups spéciaux : Crocs (CC) Niv-3
*Maîtrise Lames (CC) Niv-2


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
35/100  (35/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
20/100  (20/100)
Intelligence / Intuition (Int):
28/100  (28/100)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Lun 3 Juil 2017 - 15:07

[HRP : Désolée désolée désolée pour le retard !]

Auguste avait semblé percevoir son trouble, et, avec un petit sourire, il précisa sa pensée, se confiant et évoquant son histoire. Elle se retint de hocher la tête, mais effectivement, elle avait remarqué, quelques instants auparavant, la façon dont Auguste avait interrompu le nain, apparemment gêné, comme si ce dernier s’apprêtait à révéler un détail fort gênant pour l’homme-dragon.
Écoutant le récit du mage, elle sentit la compassion l’envahir. Lui qui n’avait voulu que le bien s’était retrouvé exilé pour cela… Ironique, comme il le disait lui-même.
Mais elle admirait la façon dont il passait outre. Auguste était envers et contre tous, et surtout malgré sa race, un homme bon, et aucune injustice apparemment n’aurait pu l'empêcher de l’être. C’est en tout cas l’impression qu’il donnait à la vampire à l’écoute de son histoire.

L’homme sourit, et conclut, l’interrogeant directement :


- Et à votre avis Arthémise ? Qu’est-ce qui fait que vous et moi sommes des êtres monstrueux ? Est-ce notre ou nos apparences ? Ou nos actes actuels ? J’exclus évidemment ceux qui se sont déjà passés, car nous n’y pouvons plus rien faire, je souhaiterais juste avoir sur votre opinion concernant le futur, notamment le vôtre. En ce qui me concerne, je connais d’ores et déjà la réponse à cette question.


Elle écarquilla les yeux, surprise. Elle ne s’attendait pas à ces questions et encore moins à ce qu’Auguste n’écarte le passé pour considérer cette question seulement sous l’angle du futur. Pour elle, c’était simple : elle ne considérait pas Auguste comme un monstre parce que malgré sa race, il s’efforçait de faire le bien. il avait fait passer le bien d’AUrore avant le sien. Personne ne pouvait alors le blâmer pour ce qu’il était, puisque lui-même avait dépassé cela pour aider les autres. Alors qu’elle, jusqu’à son arrivée dans la Cité blanche, s’était comportée en vraie vampire. Ce qui faisait toute la différence.

Par chance, elle n’eut pas à répondre.


-Permettez ?
Demanda alors quelqu’un, juste avant de déposer un énorme sanglier sur la table.
Tournant la tête vers le nouvel arrivant, elle reconnut l’homme-fauve. Elle l’avait déjà aperçu à quelques reprises dans la Cité, mais ne l’avait jamais réellement rencontré.
Celui-ci s’installa à son tour.


- Moi, je pense qu'il n'existe pas d'êtres monstrueux. Il n'y a que les actes qui le soient. Et ce n'est pas parce qu'à un moment donné quelqu'un fait quelque chose de monstrueux qu'il ou elle restera un monstre toute sa vie. M'enfin... c'est juste mon avis, hein !


Arthémise baissa les yeux, à la fois pensive et gênée. Au moins n’avait-t-elle pas eu à éluder la question d’Auguste…

Ce dernier prit les choses en main, se présentant et commentant la prise de l’homme-fauve. Reprenant le débat, il développa son avis. La vampire l’écoutait avec intérêt. Le mage exposait ses idées de façon pertinente et très intéressante.

Puis, il se tourna vers elle, lui demandant son avis. Arthémise retint un soupir. Elle ne pourrait donc pas éviter la question. Elle prit alors la parole à son tour :


Je comprends et respecte vos points de vue. Mais je ne suis pas d’accord… Pour moi, certains actes sont tellement infâmes qu’ils font forcément de la personne qui les a commis, un monstre...


Elle hésita, et, ne sachant que rajouter, se tut.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auguste Du Lac



Titre :
Race : Homme-dragon
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 41


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
0/0  (0/0)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
0/0  (0/0)
Intelligence / Intuition (Int):
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   Sam 8 Juil 2017 - 21:55

Tandis que j'attendais la réponse de l'homme-fauve, dont j'ignore totalement son identité et la manière dont il allait prendre ma requête, j'entends Arthémise répondre enfin à ma question :

Je comprends et respecte vos points de vue. Mais je ne suis pas d’accord… Pour moi, certains actes sont tellement infâmes qu’ils font forcément de la personne qui les a commis, un monstre...

Je la regarde attentivement pendant qu'elle expose son point de vue, mais, au lieu de le finir complètement, elle se tait. A-t-elle peur qu'on la juge pour ce qu'elle a commis dans le passé ? Là encore je me souviens des paroles de mon professeur mage vampire, qui m'a accompagné pendant une partie du chemin de l'exil, non par parce qu'il a eu pitié de moi. Non ! C'était parce que, lui aussi, il a été condamné. Bref ! Il m'a avoué ses penchants pour le sang, qu'il a tué pas mal d'innocents et qu'il n'a en réalité jamais accepté ce qu'il est devenu, lui un ancien mage de soin. Une personne, soi-disant malade, l'a transformé en vampire. Après l'homme qu'il a été a disparu. Il m'a ensuite indiqué qu'il est vain d'espérer un retour à la "normal" et qu'il a mis plusieurs années, voire des siècles avant de "s'accepter" et de se pardonner. Depuis, il fait tout pour faire le contraire de ce que la nature vampirique attendait de lui. Peut-être que la femme en est là : elle ne s'accepte pas et ne le fera pas tant qu'elle aura prouvé à elle-même qu'elle n'est pas monstrueuse. Il lui faudra du temps pour se pardonner. Je sais qu'elle en est parfaitement capable, seulement cette capacité est actuellement enfouie au plus profond d'elle-même. Tous êtres vivants dotés d'intelligence et de pensées ont naturellement tendance à être durs envers eux-mêmes et à s'infliger telle ou telle parole accusatrice : si c'est arrivé, c'est à cause de moi ! Ou alors si j'avais pas fait ça, alors telle ou telle chose ne serait pas produite et cela est aussi à cause de moi ! Souvent nous ne punissons que nous-mêmes alors que les autres ne voient pas les événements ainsi.

Je continue de la regarder avec bienveillance, sans émettre le moindre commentaire. De toute façon, ce n'est pas de mon ressort, j'ignore ce qu'elle a vécu, mais si elle souhaitait qu'on l'aide, elle nous aurait déjà fait signe. Or ce signal n'est pas apparu, donc je respecte son point de vue, même si je suis totalement en désaccord avec cet avis, qui semble sans appel. Je laisse donc un silence s'installer et réprime un bâillement. Seul un furtif et très bref tremblement de la mâchoire indique dans quel état d'épuisement je me trouve. Malgré ma fatigue, je refuse d'abdiquer et de laisser mon guide et l'homme-fauve. Déjà, ce serait très malpoli de ma part et d'autre part je suis toujours dans l'attente d'une réponse de mon "invité".

[HRP : Post modifié le 31.07.2017 à 19:31:41. Désolé si vous êtes en train de répondre, mais j'ai eu le sentiment de refaire un grobillisme. J'ai donc modifié la fin de mon message et si vous ne voyez pas d'inconvénient, je conclurai le rp de présentation à mon prochain tour, car je commence à manquer d'idées.]

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Thème d'Auguste Du Lac
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un mage ... exilé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un mage ... exilé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heinrich Bors (Guerrier-Mage de Malal)
» Maelle Till [assassine, mage du vent]
» Elvira Heian [Mage du vent & Danseuse]
» Mysteria, Mage Elementaire Aquatique.
» Erian [Mage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sinastra :: Les Portes de Sinastra :: Présentation des membres-
Sauter vers: