Le vent change en Sinastra... serez-vous capable d'y faire face ?
 
PortailAccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Où suis-je ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ryu Yamatora



Titre :
Race : Humain
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 7


MessageSujet: Où suis-je ?   Sam 2 Déc 2017 - 21:42

Cela fait exactement combien de temps que je suis arrivé ici devant cet étrange village ? Jamais de ma vie je n'ai vu pareille construction : un mur tout blanc et une imposante porte. Une heure ? Deux heures ? Et que sont devenus mes amis, mon chef celui à qui je donnerai ma vie ? Où est le champ de bataille ? Devrait-il penser que j'ai déserté ? Ah ça non !!! Je ne suis pas un de ces sales traîtres !!! Où suis-je et comment en suis-je arrivé là ?

Voilà deux bonnes heures que le jeune homme, assis en lotus, se posait des questions ; il ignorait totalement ce qu'il lui était arrivé. Ce tourbillon, qui avait disparu depuis belle lurette, l'avait aspiré telle une poussière aspirée par un aspirateur. Il avait vomi tout de suite après son arrivée, car il avait subi une telle violence durant ce trajet : Pays natale à Sinastra dans une spirale infernale et car il était blessé. Le sang coula encore le long de sa joue, cette blessure était due à un coup de sabre d'un ennemi, qui a fini par être embroché par le Katana du jeune homme.

Ryu Kyo Shinmen No Yamatora regarda donc avec beaucoup de méfiance cette magnifique, mais ô combien paisible, cité blanche et continua ainsi sa réflexion tandis que ses yeux rouges vermeils scrutèrent la porte et essayèrent de voir au-delà :

Bon ! Résumons la situation ! J'ai été en pleine guerre, mon ami Miyamoto s'est sacrifié en s'interposant entre un lancier et moi, j'ai été encerclé, je me suis préparé à mourir dans l'honneur en me jetant corps et âme dans ce qui devait être mon ultime bataille. Combien étaient-ils déjà ? Dix il me semble. Pouah ! J'aurais pu tous les gérer sans souci ! Ils étaient faibles d'esprit... Un tourbillon noir est apparu dans le ciel, s'est agrandit... Mes ennemis se sont enfuient tels des lâches, tandis que moi... Ben ! je n'ai rien pu faire ! J'ai été aspiré tel un vulgaire insecte rampant aspiré dans une paille...

Le jeune samouraï finit sa réflexion :

Est-ce que ce sont les Dieux qui ont choisi de faire cela pour m'épargner ? Mon oncle ? Mon père ? Kimiko ma belle et douce fiancée ? Ma mère ? Non ! Ils sont tous morts ! Un Esprit malveillant ? Peut-être ! Il va falloir que j'enquête, que je sache ENFIN pourquoi je suis ici ? Que me veut-on ? Qu'attend-on de moi ?

Loin d'être rassuré, toujours aussi méfiant que tout à l'heure, Ryu Kyo Shinmen No Yamatora déploya ses jambes, se leva, s'approcha avec douceur, main droite sur son sabre prêt à dégainer, sous les yeux impassibles des gardes. Après les avoir observés, le jeune samourai entra dans Sinastra. Bien qu'ébloui par les murs blancs sur lesquels se refléta le Soleil, le jeune homme s'approcha de la fontaine située sur la grande place et vit la couleur inhabituelle de l'eau : noire. Il resta planté là à la fois ahuri par ce spectacle et dégouté. Soudain la soif le prit par surprise, mais notre homme, ne sachant où aller, décida de revenir sur ses pas jusqu'aux portes de Sinastra et de regarder autour de lui : des enfants criaient ou pleuraient, des femmes marchaient ici et là, des hommes hurlaient, juraient... Tout ce bruit ne fut pas étrange, par contre les tenues vestimentaires oui. Il se regarda pour la première fois depuis son arrivée et une chose le choqua : son armure cabossée et ensanglantée ne fut plus là, même s'il constata avec soulagement que ses sabres chéris étaient présents... dans leur fourreau respectif bien entendu.

Que ???? Où est mon armure ? Et pourquoi suis-je dans ma tenue de tous les jours ?


Le blessé sentit soudainement que quelqu'un tira sur son hakama (une sorte de pantalon-jupe qu'on met par-dessus un pantalon), il se retourna vivement en dégainant à la vitesse de l'éclair, mais il vit une petite fille, qui fut tout de suite effrayée. Il rengaina son arme et se baissa pour savoir ce que la fillette voulut lui dire, mais ce qu'il entendit le laissa perplexe : il ne comprit aucun mot de l'enfant. S'il souhaitait enquêter sur ce phénomène, il faudrait d'abord qu'il apprenne la langue de ce lieu... A moins qu'un être charitable puisse tout lui traduire dans sa langue, il était comme prisonnier de ce monde... un brin étrange, selon lui. Il ferma ses yeux et parla dans une langue inconnu pour la fillette, laquelle comprit qu'elle faisait face à un étranger. La vue du sang la rendit mal à l'aise, elle décida d'aller chercher des secours ou du moins quelqu'un qui pourrait l'aider à le comprendre aussi.


Dernière édition par Ryu Yamatora le Mer 6 Déc 2017 - 19:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volcome



Titre :
Race : Humain
Age : 27

Masculin

Marié(e) à : : -
Messages : 48

Compétences : ____
*Emprise Physique (Int) Niv-5
*Maîtrise des langues (Int) Niv-3
*Dressage (Int) Niv-2


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
23/100  (23/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
17/100  (17/100)
Intelligence / Intuition (Int):
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: Où suis-je ?   Mar 5 Déc 2017 - 11:09

Volcome était revenu à Sinastra depuis quelques semaines. E chaque matin il se rendait sur la grande place et dispensait des soins contre des répartit allant d’un simple sandwich à quelques pièces d’or. Il était apprécié de la communauté et n’avait pas tarder à se faire un nom et une belle réputation de guérisseur. Les gens connaissaient son nom et les enfants venait souvent lui parler. Ce matin cependant il semblait que personne n’avait besoins de ses talents. Alors Volcome déambulait sur la place en discutant de ci de là avec les habitant. Il prenait des nouvelle de chacun d’eux et s’intéressait sincèrement à leur vie. Mais soudain une petite fille arriva en courant.

- maître Volcome ! Maitre Volcome !

Elle était légèrement essoufflée mais parvint à être claire.


-II y a un étranger blessé près de la fontaine.

Elle tirait sur son pantalon pour l’emmener. Volcome la suivit son bâton à la main. La petite fille lui montra du doigt l’homme qui se tenait près de la fontaine. Il devait être étranger c’est sûr. Il était vêtu de façon très étrange, très amples en tissus très épais avec des manches très large. Ça peau également était d’une couleur inhabituelle tirant sur des nuances jaunâtres et ses yeux étaient bridés et d’un rouge vermeil. Et il portait deux sabres dans les dos. Volcome avait déjà vu des hommes telle que l’étranger lorsqu’il avait voyager à travers le monde pour apprendre toutes sorte de médecine. Volcome se tourna vers la petite fille et s’accroupi devant elle.

« -Merci Louise, je vais m’occuper de lui tu peux retourner jouer tranquillement. »

Puis il lui tendit un bonbon qu’elle attrapa avant de partir en courant vers un groupe d’enfant. Volcome se redressa et s’approcha de l’étranger. Il était effectivement blessé il saignait. Une profonde entaille était ouverte sur le haut d’une de ses joues. Le sang s’écoulait fortement. Volcome sourit à l’étranger et approcha et une main de la plaie pour l’étudier. Il tenta de communiquer en une langue qu’il avait appris dans un pays lointain de l’est. Il espérait que l’étranger comprendrait.


« -Bonjour, je suis Volcome, je suis guérisseur. N’ayez pas peur je vais vos aider. »

La plaie était profonde et Volcome ne pourrait pas l’aider sans sa magie.  Il posa ses doigts sur la joue de l’homme. Et aussi tôt la plais se referma sur l’homme aussi rapidement qu’elle apparaissait sur la joue de Volcome. Bientôt l’homme n’avait plus une seule trace de la blessure. Et la plaie qui s’était presque instantanément ouverte sur la joue de Volcome commençait déjà à se refermer ne laissant au finale qu’une fine cicatrice rosâtre sur la peau du jeune homme.


« -Et voilà il ne vous resta plus qu’a profiter pleinement de votre journée. »


Et le jeune homme lança un sourire franc et chaleureux à l’étranger.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryu Yamatora



Titre :
Race : Humain
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 7


MessageSujet: Re: Où suis-je ?   Mer 6 Déc 2017 - 20:28

Le jeune samouraï fit quelques pas en direction des portes quand il fut interrompu par un inconnu qui parla une langue. Malheureusement Volcome, ainsi il s'appelait, ne savait malheureusement pas qu'il parla la langue des ennemis du jeune guerrier, lequel se retourna brusquement et tenta de dégainer rapidement avant de se rendre finalement compte que ses sabres ne furent pas à leur place habituelle : ils furent même dans son dos. Gêné par ce constat et supposant que le tourbillon eut modifié l'emplacement de ses armes chéries, Ryu remit rapidement ses sabres en place lorsque l'inconnu posa sa main sur la joue blessée du jeune homme, lequel resta un temps interdit.

* Que ??? Non mais quel toupet celui-là !!!! Non seulement il parle la langue de mes ennemis, mais en plus il manque de respect envers moi ! Il va savoir de quel bois je me chauffe ce malpoli !!! En plus je ne lui ai rien demandé !!! A personne même !!!

Ryu fulmina de rage et voulut donc découper le jeune guérisseur à cause d'une série de quiproquos : Volcome semblait ignorer les us et coutumes du pays d'où était originaire le fier guerrier. La politesse voulait qu'une personne salue à distance (à genoux ou debout) en s'inclinant devant un seigneur et Ryu en était précisément un des daimyô, autrement dit un seigneur. De plus, la langue ne fut malheureusement pas celle à laquelle Volcome espérait.

Le samouraï finit cependant par se rendre compte en voyant le visage du guérisseur qu'il eut une coupure, qui finit par se cicatriser d'elle-même. Ryu comprit alors que le jeune homme vint juste le soigner. Il racla du coup la gorge et lui demanda dans sa langue maternelle tout en espérant que son interlocuteur le comprit en retour :


- Que ??? Comment ? Qui êtes-vous précisément ?

Ryu fut déboussolé par ce qu'il lui était arrivé et n'avait pas compris que Volcome était le prénom de son soigneur. Il n'eut pas le temps de le questionner davantage que le même tourbillon réapparut et cracha... l'armure cabossée et ensanglanté du noble guerrier, le casque... et de quoi écrire. Ryu s'écarta in extrémis et ressentit une nouvelle douleur au niveau de l'épaule droite, manifestement il fut également blessé là aussi. Sentant le sang dégouliné le long de son bras et ignorant totalement son bienfaiteur, il fit quelques pas et vit qu'il y avait quelque chose de coincé sur son armure : une feuille pliée. Il la prit et la déplia délicatement avant de lire son contenu. Au fur et à mesure de sa lecture, il pâlit de plus en plus. Cette feuille était une lettre annonçant la mort de son seigneur, ami et maître. Il regarda autour de lui, comme s'il s'était perdu, puis replia la feuille l'air comme si rien ne s'était passé. Il contourna son armure et vit qu'un nécessaire à écrire (un encrier, une plume et deux feuilles en papier) fut aussi jeté par terre. Il, s'assit, saisit la plume, une feuille de papier et l'encre, puis écrivit d'un geste net, calme et précis un poème.

Dans ce texte, il fut question de sa tristesse de ne pas avoir su et pu protéger son seigneur et ami, qu'il se considéra comme une feuille tombée d'un arbre... Le poème fut magnifique. Lorsque son auteur l'eut terminé, il plia soigneusement et calmement la feuille avant de la coincer avec le message funeste dans son armure. Il se leva, il prit la seconde feuille, qu'il plia en trois, il se dirigea ensuite tranquillement vers la fontaine, dégaina son sabre court et le plongea dans l'eau inhabituelle. Sous les yeux de Volcome, Ryu s'apprêtait à suivre son maître dans la mort en suivant le Code d'honneur des samouraïs, qui stipulait que lorsqu'un seigneur mourrait, les vassaux devaient le suivre dans la mort.

Ryu se redirigea enfin vers son armure, s'assit en position Zen (en lotus donc), retira ses vestes de kimonos et fit le suicide rituel faisant fi des réactions des personnes qui étaient présentes. Il serra les dents durant tout le processus, retint des gémissements de douleur, se pencha complètement en avant et attendit vaillamment la mort tout en tenant fermement son sabre à présent ensanglanté, mettant ainsi tout le monde au défi de le sauver.
--------------------------
[HRP : Je n'ai pas décrit ce suicide et c'est volontaire. Je n'ai pas envie d'être censurée ou quoique ce soit d'autre. Il faut cependant savoir que ce suicide particulier existe bel et bien au Japon et que lire sa description (dans un roman ou ailleurs) peut s'avérer... très choquante pour les âmes sensibles. Du coup, moins j'en dis, mieux cela sera. La seule et petite précision que je donnerai est que ce suicide est extrêmement douloureux (je dirai qu'on dépasse les 10 de l'échelle de la douleur).]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kéa

avatar

Titre : Amour maudit
Race : Ange déchue
Age : 24

Féminin

Rôle : Graphiste
Messages : 492

Compétences : ____
*Hypersensibilité (Int)Niv-4
*Nyctalopie (Int)Niv-3


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
20/100  (20/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
31/100  (31/100)
Intelligence / Intuition (Int):
30/100  (30/100)

MessageSujet: Re: Où suis-je ?   Jeu 7 Déc 2017 - 10:45

La vie dans la cité suivait son cours. Les gens travaillaient, voyaient leurs amis, passaient du temps avec leur famille un quotidien remplit malgré le fait que l’eau de la fontaine avait viré au noir sans aucune explication. Kéa également avait repris ses habitudes dans la cité. Elle se levait le matin et allait se balader dans le Bazard. Pour le moment elle n’avait pas besoin de trouver du travail pour subvenir à ces besoins il lui restait largement assez pour vivre tranquillement sans se poser de question pendant quelques mois encore. Souvent après le Bazard elle aimait se rendre sur la grande place au porte de la ville. Elle aimait regarder se fourmillement de gens venue de petit village pour vendre leur récolte ou leur artisanat. Depuis quelques semaines elle avait également remarquer un jeune homme qui dispensait des soins au habitant de la cité parfois contre rémunération et des fois pour rien. Elle c’était discrètement renseigner sur lui. Il se nommait Volcome et avait passer beaucoup de temps à voyager dans sa vie. Les gens de la cité l’appelaient maitre Volcome, cela faisait sourire l’ange. Les hommes avaient une tendance à appeler maitre quiconque avait des dons ou des connaissances supérieures aux leurs. C’était une manie bien étrange aux yeux de Kéa. D’autant plus que le jeune homme lui n’avait jamais demander à ce qu’on le nomme ainsi et on voyait bien que cela le gênait au fond qu’on le nomme maitre.

Mais aujourd’hui ce n’était pas une journée comme les autres. Un étranger qui semblait venir de très loin était entré dans la cité, blessé et désorienté. Il parlait le dialecte d’un pays fort lointain et l’ange fut plus que surprise de voir Le guérisseur parler une langue très similaire à l’étranger. Volcome soigna l’homme qui semblait trouver que le guérisseur manquait affreusement de respect. Kéa écouta les pensées de l’étranger il semblait que Volcome parles avec le dialecte de ses ennemies et qu’il ne lui montrait pas les marque de respect dû à son rang. L’ange rigola franchement faisant sursauter les passant autour d’elle. Se concept de statut dans certaine peuplade était tellement risible.

Mais soudain un tourbillon apparut et cracha une armure cabossée et ensanglanté ainsi qu’un casque le casque qui semblait appartenir à l’étranger.  Il en sorti un bout de papier et le lu. Cela sembla l’ébranler un peu plus à chaque mot qu’il lisait. Il, s'assit, saisit la plume, une feuille de papier et l'encre qui était apparu en même temps que son armure, puis écrivit d'un geste net, calme et précis. Lorsque qu’il eut terminé, il plia soigneusement et calmement la feuille avant de la coincer avec l’autre message dans son armure. Il se leva, il prit la seconde feuille, qu'il plia en trois, il se dirigea ensuite tranquillement vers la fontaine, dégaina son sabre court et le plongea dans l'eau noir. Sous les yeux de Volcome stupéfait. L’étranger se redirigea enfin vers son armure, s'assit en tailleur enfin à peu près en tailleur, retira ses vestes et se planta son sabre court dans le ventre et entama d’ouvrir son abdomen en pleine rue devant la personne qui venait de le soigner en s’infligeant lui-même la blessure. Aux yeux de l’ange c’était cela l’irrespect. Déjà vouloir s’ôter sa propre vie était un geste des plus abjecte pour elle. Elle se mit alors dans une colère noire.

Elle courut face à l’étranger l’attrapa par la gore et de toute sa force, qui est humaine, le souleva pour le remettre sur ses pieds et arracha le sabre court du ventre de l’étranger. Elle s’adressa à lui dans la langue de ce dernier, les yeux flamboyant d’une colère sourde.


« -Vous devriez avoir honte de tenté d’ôter votre vie devant l’homme qui vient de vous soigner. »


Puis l’ange relâcha l’homme qui tomba au sol elle récupéra les deux armes de ce dernier pour être sûr qu’il ne continue pas son geste abject et se tourna vers le guérisseur.


« -Penses-tu être capable de le soigner où s’est-il infligé une trop grande blessure ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volcome



Titre :
Race : Humain
Age : 27

Masculin

Marié(e) à : : -
Messages : 48

Compétences : ____
*Emprise Physique (Int) Niv-5
*Maîtrise des langues (Int) Niv-3
*Dressage (Int) Niv-2


Feuille de personnage
Corps-à-Corps / Défence (CC):
23/100  (23/100)
Tir / Dextérité (Tir/Dex):
17/100  (17/100)
Intelligence / Intuition (Int):
40/100  (40/100)

MessageSujet: Re: Où suis-je ?   Jeu 7 Déc 2017 - 11:15

Volcome ne comprit pas immédiatement les événements qui se déroulèrent pendant les quelques minutes après qu’il eut soigné l’étranger.

- Que ??? Comment ? Qui êtes-vous précisément ?

Volcome comprit à peu près ce n’était pas le même langage exactement que celui qu’il avait employé mais ce n’était pas très éloigné. Cependant il n’eut pas le temps de répondre. L’étranger semblait déboussolé et un tourbillon venant de nulle part cracha une armure et un casque qui semblait appartenir à l’homme qu’il venait de guérir. L’étranger semblait également souffrir d’une blessure à l’épaule. Le guérisseur eu un geste ver lui dans l’optique de le guérir une nouvelle fois. Mais c’est alors qu’il remarqua tout comme l’étranger qu’il y avait une feuille pliée coincée dans son armure. L’étranger la lu et c’est alors qu’un enchainement d’évènement les plus absurde les uns que les autre arriva.

L’homme lut le papier, puis s’assit à même le sol pour écrire quelque chose. Puis se releva et plia un papier tout en trempant une de ses lames dans l’eau noir de la fontaine, puis se rassit au sol en le plantant lui-même sa lame à travers le corps. C’était tellement inattendu que Volcome ne put rien faire il était estomaqué.

Mais il le fut encore plus quand une jeune femme la rage déformant son beau visage et doté d’une immense paire d’ailes blanches arriva comme une Furi soulevant d’une geste surhumain l’étranger du sol, lui arrachant la lame du ventre et lui assénant une phrase des plus sanglante dans ce qui devait être la langue de l’étranger. Puis elle le laissa tomber au sol lui retirant toutes ses armes.

Volcome était encore sous le choc quand la jeune femme se tourna vers lui et lui demanda :


« -Penses-tu être capable de le soigner où s’est-il infligé une trop grande blessure ? »

Le jeune homme reprit ses esprits et s’avança vers l’homme à terre. Il se pencha et examina la blessure. Elle était très profonde et grande ouverte il perdait énormément de sang. Toute fois la chaire avait été coupé net et n’était pas en charpie ce serait plus simple de la ressouder. Mais Volcome savait que cette blessure allait le faire incroyablement souffrir. Il retira son pull se mettant torse nu dans le froid mordant pour ne pas imbiber ses vêtements de sang. Il farfouilla rapidement dans son sac et en sorti une fiole pleine d’un liquide trouble qu’il but d’une traite. C’était un antidouleur très puissant peut être que ce serait suffisant pour ne pas tomber dans les pomme durant le transfert de la blessure de l’étranger à lui-même.

« -Je vais avoir très mal, il faut absolument me maintenir éveiller par n’importe quel moyen le temps que la blessure se transfère de lui à moi. Une fois sur moi tu peux me laisser perdre connaissance mon corps est beaucoup plus rapide à guerrier que celui du commun des hommes. Toute fois ça blessures est très profonde et je vais mettre quelques heures et non quelques minutes comme d’habitude. Je te saurais gré de bien vouloir recoudre grossièrement la plaie et de la bander proprement. Il y a tout ce qu’il faut dans mon sac pour faire ça. »


Puis Volcome posa ses mains autour de la plaie béante de l’étranger. La douleur fut instantanément fulgurante. Le jeune homme eu un haut le cœur. Il sentait ses entrailles se déchiré et malgré l’antidouleur très puissant il sentait le moindre bout de chaire se déchirer avec une grande violence. Sa vue se troublait à cause de la douleur trop grande. Son esprit commençait à vaciller et il ne contrôlait plus vraiment son pouvoir, si bien qu’il sentait qu’il récupérait également la blessure que l’étranger avait à l’épaule. Il n’était plus capable de se concentrer et absorbait toutes les blessures de l’homme à terre et s’enfonçait dans les méandres de la souffrance. Il ignorait s’il allait pouvoir s’en sortir.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryu Yamatora



Titre :
Race : Humain
Age : 32

Masculin

Marié(e) à : : -
Emploi : -
Messages : 7


MessageSujet: Re: Où suis-je ?   Jeu 7 Déc 2017 - 19:31

Le jeune samouraï sombra dans l'inconscience et vit apparaître des fantômes de son passé : son père, son oncle, sa fiancée et surtout... son seigneur, ami et maître. Tous sourirent, puis le seigneur de Ryu s'approcha, mit ses mains sur les épaules robustes du jeune agonisant avant de lui révéler quelque chose qui alla changer le cours de l'histoire du jeune samouraï (oh pardon, du ronin, puisque tel sera le nom du statut du jeune homme : un samouraï sans maître) : le seigneur fut non pas tué par l'ennemi, mais par un traître : un dénommé Kyomishiro, qui fut un de ses cousins. Ryu ne le connaissait pas jusqu'à cette bataille fatidique et dut se rappeler qu'il y eut quelque chose chez cet homme qui lui déplut. Kyomishiro était en effet fourbe, méprisant... tout le contraire du seigneur de Ryu. Ledit seigneur pria son vassal et ami de vivre afin de pouvoir éventuellement le venger, mais que si Ryu ne le faisait pas, ce n'était pas grave. Le père et l'oncle du jeune homme sourirent devant l'acte d'honneur mais ne dirent rien. Kimiko quant à elle s'approcha de son ex-fiancé, lui exhorta de survivre et de fonder une famille : condition qui permettrait au Clan Yamatora de survivre au-delà des mers et des continents. Tous lui expliquèrent ce qu'il s'était réellement passé pour chacun d'entre eux au moment de leur mort et qu'ils allèrent à présent pouvoir se réincarner... Avant que Ryu n'eut pu exprimer quoique ce soit, un souffle d'air puissant le transporta jusqu'au monde des Vivants.

Il se réveilla brusquement, médusé par deux situations : d'abord il eut ce Volcome qui prit une teinte pâle et qui le soigna instantanément au prix d'une atroce douleur avant de s'évanouir pratiquement, il vit un autre être totalement surprenant : Kéa l'ange. Il se mordit les lèvres, se leva, prit rapidement de quoi nettoyer la blessure et de la bander et sous les yeux de l'ange, visiblement en colère, nettoya et soigna son soigneur. Il n'avait pas du tout entendu ce que Kéa lui avait dit, car il était inconscient au moment des faits.

Il resta donc là à veiller sur cet étranger, mais ne ressentit aucune culpabilité. Il replongea aussitôt dans ses pensées :


* Résumons une nouvelle fois la situation !!! Donc si j'ai bien compris, mon Seigneur et ami a été tué par l'un des nôtres ! Quel lâche ce Kyomishiro ! Il n'a pas du tout intérêt à venir ici, car je lui ferai subir exactement la même chose. Ô Seigneur ! Reposez en paix ! J'ai essayé selon notre Code d'Honneur de vous suivre dans la mort, mais apparemment ni les autres ni vous-même ne souhaitez cela. Soyez sans crainte ! Je vivrai jusqu'à mon dernier souffle et lorsque je me réincarnerai, je veillerai personnellement à vous venger.

Il se rappela également de l'autre être qui tenait son sabre, il se tourna aussitôt, mais sereinement vers l'ange. Il le regarda à la fois surpris et parfaitement méfiant. Prudemment, il lui posa plusieurs questions dans sa propre langue en croisant les bras :

- Voilà un être des plus singuliers ! A qui ai-je l'honneur ? Un Yokaï ailé ? Est-ce vous qui m'avez attiré ici ? Pour mon propre malheur ?

Il vit également que Kéa tenait fermement ses deux sabres, aussi il demanda humblement et sincèrement sous les yeux à la fois courroucé et dégouté de l'ange :

- Puis-je récupérer mes sabres ? Je ne vais plus me suicider, car j'ai reçu d'autres ordres depuis.

Il ne voulut certes plus se donner la mort, il voulut quelque part se racheter vis-à-vis de Volcome et prit pour cela une attitude protectrice, mais il ignorait tout de Kéa : sa capacité à lire les pensées du jeune homme,..., mais il ressentait que l'ange était furieux et ne pouvait nier cet état de fait. Cependant il ne comprenait pas du tout cette émotion, puisqu'à ses yeux, il n'avait rien fait qui puisse justifier le courroux de l'ange.

N'étant pas un être stupide, Ryu savait reconnaître un potentiel allié dès que ce dernier était proche de lui et rien que pour ça il était prêt à l'aider à n'importe quel prix. En agissant de la sorte, Volcome, bien qu'il ait agi de façon irrespectueuse toujours selon Ryu, était parvenu à en devenir un. Ryu laissa entrapercevoir un sourire... qui n'augurait rien de bon pour le traître qui occupa à présent ses pensées... Il attendit donc assis en lotus que Volcome reprenne ses esprits, comme lui-même l'eut fait quelques instants plus tôt.

Pendant ce temps, il réfléchit intensément sur ce qu'il avait vécu sans remettre en question ses convictions. Il regarda l'ange et lui transmit involontairement par la pensée son vécu, la bataille, son éducation et ce qu'il avait vu lorsqu'il était inconscient... Il s'en moqua éperdument de savoir si l'ange put ou non tout comprendre, car il ignorait que Kéa pouvait lire ces flots de pensées. Il attendit juste que Kéa lui rende ses deux sabres afin qu'il puisse le remettre dans leur fourreau respectif.

__________________________________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Juste pour information, je ne suis pas nouvelle, j'ai d'abord commencé avec Auguste Du Lac.
(Hé oui ! J'ai recommencé à la fois à cause d'une baisse générale de motivation, de vision, mais aussi à cause de mon bénévolat irl.)

Le thème de ce nouveau personnage viendra dans 7-8 jours. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Le code couleur de mon perso : color=#000099
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Où suis-je ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Où suis-je ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sinastra :: Les Portes de Sinastra :: Présentation des membres-
Sauter vers: